16 MORTS ET 53 BLESSES DANS UN ACCIDENT A ALLOU KAGNE Le ministère des transports pointe un dépassement non-autorisé


 

Le bilan est lourd. 16 morts et 53 blessés (dont 5 dans un état grave) ont été enregistrés dans un accident survenu dans la nuit du mercredi au jeudi, c’est-à-dire vers 01H00 du matin, à la sortie de Pout (Allou Kagne) entre un camion frigorifique et un bus de 65 places. Le ministère du Transport terrestre est revenu sur les circonstances de ce drame et pointe, dans un communiqué, un dépassement non autorisé. «Le véhicule immatriculé LG8251B (17 ans d’âge) de catégorie camion frigorifique circulant dans le sens Thiès-Dakar a effectué un dépassement non autorisé, provoquant une collision avec un autocar de transport interurbain de voyageurs de 65 places, immatriculé KL5080C (20 ans d’âge), de marque Renault Saviem, roulant en sens inverse, à destination de Saint-Louis», souligne le ministère qui présente ses condoléances aux familles. «Cet accident, dû très probablement à un dépassement non autorisé, vient allonger la longue et effroyable liste des accidents mortels dans le transport routier interurbain», regrette-t-il.
Le ministère a rappelé de ce fait aux conducteurs l’obligation de respecter strictement les dispositions du Code de la Route et invite également tous les usagers à la vigilance, à la prudence et à des comportements plus responsables afin de rendre les routes moins mortelles.
«Ce n’est pas un problème de djinné ou de défaillance mécanique, mais…»
C’est connu. Beaucoup d’accidents se produisent au lieu-dit Allou Kagne. Le dernier est la collision entre un bus et un camion frigorifique. Expert en sécurité routière, Ngongo Sylla a expliqué le caractère accidentogène de l’axe Pout/Thiès, par deux facteurs que sont la technique et l’humain. «Ce n’est pas le tracé de la route. Elle est plate. Il n’y a pas de montagne. Mais c’est parce qu’il y a beaucoup de lignes continues et les gens ne respectent pas la signalisation horizontale. Tout le monde est pressé», a-t-il fait savoir sur la Rfm.
L’expert en sécurité routière d’ajouter que les accidents les plus spectaculaires dans cette zone se sont déroulés à Allou Kagne. «Ce n’est pas un problème de djinné ou de défaillance mécanique. C’est un problème de comportement», assène-t-il.
Le secrétaire général de l’Union des routiers du Sénégal (Urs) affiliée à la Confédération nationale de travailleurs du Sénégal (Cnts), Gora Khouma est d’avis que c’est une route qui reçoit plusieurs véhicules. «Il faut trouver une solution. Il faut mettre des panneaux de signalisation et de réduction de vitesse. En plus de mettre 2×2 voies, sinon, les problèmes vont toujours demeurer», propose le syndicaliste.
Par ailleurs, des études montrent que le facteur humain est responsable à plus de 80% des accidents notés au Sénégal. Lesquels font chaque année entre 500 et 600 morts.
M.T.N

Previous CARICATURES DU PROPHETE La Coordination des musulmans exige de l’Etat une condamnation de cet acte
Next Xibaaru Ay Bess Yi: Moustapha Sy accuse le Khalife des Tidjanes,Confrontation Selbé Ndom/Bijou Ngoné