22ème colloque du GISGUF : L’université en transition, l’enseignement supérieur dans l’innovation et la recherche



Le ministre de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’innovation M. Cheikh Oumar ANNE a présidé la cérémonie d’ouverture du 22ème colloque du groupement international des secrétaires Généraux des universités Francophones ce mercredi 5 février 2020 à l’Institut de l’UCAD.


« L’Université en transition » a été le thème principal du colloque abordé ce matin par le groupement international des secrétaires généraux des universités francophones(GISGUF) en compagnie du ministre de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation. Ce symposium qui a vu la participation de grandes sommités universitaires comme le professeur Souleymane Bachir Diagne a permis d’échanger autour de nombreux sujets de réflexions qui touchent les enjeux de développement de nos universités. Par ailleurs le ministre Cheikh Oumar HANNE s’est félicité de présider cet événement qui se tient pour la première fois en Afrique de l’Ouest avant d’adresser des remerciements au chef de l’état, à ses collaborateurs du ministère et à l’agence universitaire francophone. En effet, il affirme « Vous conviendrez avec moi que le développement de l’Afrique passe inévitablement par le capital humain » dit –il pour évoquer l’organisation des assises organisées par beaucoup de pays avec comme réforme l’amélioration des gouvernances universitaires. Dans ce contexte, il évoque que dans ses gouvernances, les secrétaires généraux sont appelés à jouer un rôle déterminant au premier « Je salue l’initiative que vous avez pris à travers vos œuvres en permettant la mise en commun de vos compétences et l’organisation du séminaire de formation et de colloque thématique » revêt –il.


Pour lui la dynamique dans laquelle s’inscrit le colloque de Dakar ou l’université africain met l’accent sur l’actualité. Ainsi il réaffirme la volonté de la performance dans l’enseignement, dans l’innovation et dans la recherche toujours demandée par les acteurs universitaires en impliquant la place accordée à l’individu, les outils et cela par l’évolution des gouvernances dans un contexte financière ,de transparence avec une gestion axée sur les résultats. En s’adressant aux secrétaires généraux « je suis convaincu que vos travaux apporteront une réforme pertinente aux multiples équations qui ne manqueront pas d’être posées . »Partant de là, le ministre a salué la qualité des panélistes choisis dans une approche pluridisciplinaire en guise de leurs interventions. Cependant, dans son discours, il n’a pas manqué d’exhorter ses secrétaires généraux au raffermissement des réseaux « les liens que vous établirez et renforcerez entre vous participeront aussi à la construction d’un espace de l’enseignement supérieur africain qui doit se consolider et doit se consolider pour l’unité africaine. »

Précédent Pape ALE NIANG un journaliste de paria,kléptomane et tachyphéme. Samba NDONG coordinateur (COJECAR)
Suivant Diplomatie :la Mauritanie vient d'annuler les 668 millions d'amendes sur les licences de péche.