4ème Revue annuelle de l’UEMOA: Pour un coup d’accélérateur au rythme d’internalisation des réformes, des politiques, des programmes et projets


La 4ème Revue annuelle des réformes politiques, programmes et projets de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), s’est ouvert ce mardi à Dakar. Ce conclave a débuté par une phase technique consacrée notamment, à l’évaluation de la mise en œuvre effective de plus de 120 textes réglementaires ainsi que des programmes et projets communautaires.

Avec la nouvelle méthodologie d’évaluation qui a été élaboré par la commission, et expérimentée au cours de l’édition 2017, ce sont des nouveaux défis qui s’ouvrent devant l’UEMOA.

C’est dans ce sens  que durant trois jours (25-27 septembre 2018), seront consacrées à des travaux entre l’équipe technique de la commission de l’UEMOA et les experts et les points focaux venus au Sénégal représenter les départements ministériels et structures respectifs. L’objectif principal de la revue annuelle est de favoriser l’accélération de l’application des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’Union dans le cadre de l’approfondissement de l’intégration régionale.

En effet, la mise en œuvre effective des reformes communautaires garantit la convergence macroéconomique et la coordination efficace des politiques sectorielles. Elle contribue au renforcement de la stabilité de cet espace économique et à l’amélioration de l’environnement des affaires.

En ouvrant les travaux de cette 4ème revue, le secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, Bassirou Samba Niasse a souligné qu’en matière fiscale et douanière le Sénégal fonctionne actuellement avec le code communautaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)’’.

En plus, cette revue, a ajouté le secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, ‘’offre à notre pays une occasion exclusive pour revisiter en profondeur les reformes et les politiques communautaires et pour connaitre la nature précise des lenteurs qui affectent leur mise en application. Elle va permettre aussi de faire la situation sur les programmes et projets de l’UEMOA en cours d’exécution au Sénégal’’.

Précédent Deuxième édition du Forum ministériel africain sur l’habitat et le développement urbain : le Maroc et le Sénégal font cause commune
Suivant PRESIDENTIELLE 2019:Pape Diop défie Macky Sall