La révolution numérique et digitale et les droits de l’homme : défis, opportunités et enjeux pour les droits humains L’ère numérique et digitale au cœur des discussions


Une rencontre sur le numérique et digital et les droits de l’homme s’est tenue ce lundi à la salle de conférence du bureau régional pour l’Afrique de l’ouest du haut-commissariat des nations unies aux droits de l’homme. Cette rencontre qui s’est organisé sous une table ronde a fait l’objet de discussions entre les panélistes et les participants.

 A l’occasion des 70 ans de la déclaration universelle des droits de l’homme, un diagnostic poussé des enjeux, des défis et des opportunités des droits de l’homme au prisme de la révolution numérique et digitale continue. L’objectif de cette table ronde est de tenter de répondre à cette question : comment saisir toutes les opportunités qu’offre la révolution digitale et numérique pour promouvoir la dignité humaine, les libertés fondamentales et l’accès à l’information. Les objectifs spécifiques sont :évaluer l’état de la considération et du respect des droits de l’homme à l’ère du numérique en Afrique et notamment dans certains pays et proposer des voies et moyens pour une prise en compte effective des préoccupations en présence.M.Alioune TINE, fondateur de Afrikajom sur ses propos revient là-dessus « nous avons saisi cette opportunité du 70ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme pour organiser un débat sur les enjeux de la révolution numérique et digital mais nous saisissons cette occasion unique pour interpeller les droits humains. »

Selon Alioune TINE, le contexte électoral également se pose qui constitue pour eux une de leur préoccupations majeures « rappeler que l’opposition et le pouvoir ne sont pas ennemies.tous ils compatissent pour le bonheur des sénégalais. Donc il nous faut travailler pour que le dialogue ait lieu avec toutes les composantes de la façon la plus inclusive possible y compris avec ceux qui sont exilés, ceux qui sont en prison parce que ce sont ça effectivement le problème et c’est le dialogue qui nous permettra d’ouvrir un horizon beaucoup plus serein, un horizon beaucoup plus pacifique ou nous aurons des élections transparentes, démocratiques et apaisées comme le veut l’ensemble des sénégalais. »La justice est pour Alioune tine un problème, une préoccupation de toute la société sénégalaise et sous ce rapport, il dit « c’est la responsabilité du gouvernement sénégalais de garantir une justice équitable c’est très important parce que sans justice équitable il n’y pas état de droit,il s’agit aussi de la responsabilité des juges de s’émanciper aussi. » En plus de cela il y’a aussi pour Alioune l’internet et la révolution digitale qui offre d’opportunités énormes « nous n’avons pas été suffisamment préparés, ni les états, ni les journalistes, ni la société. » D’où leur questionnement sur comment faire pour que la révolution numérique et digitale, pour que l’intelligence artificielle soit conforme effectivement aux normes en matière des droits humains.

Précédent GROUPE CONSULTATIF DE PARIS: Les amis d’Abdoulaye Daouda Diallo se félicitent de la réussite du rencontre et appellent à une forte mobilisation à l’inauguration de l’Autoroute Ila Touba
Suivant Autour d’un pacte mondial pour la réinsertion des migrants .