(AAR LI NU BOKK) Rassemblement au boulervard du Général De Gaulle vendredi de tous les dangers


La plateforme AAR LI NU BOKK s’est réunie ce mardi 18 juin 2019 dans un lieu de la place. Le but de cette rencontre avec la presse tient lieu pour informer l’opinion nationale et internationale de leur demande d’autorisation faite depuis hier pour organiser un grand rassemblement pacifique le vendredi 21 juin 2019 sur le boulevard du Général De Gaulle.
En conférence de presse, la plateforme AAR LI NU BOKK a rappelé des scènes violentes dont les sénégalais étaient témoins et croyaient avoir dépassés depuis les événements de 2011-2012.Abass FALL : « Comme à son habitude, le régime liberticide de Macky SALL s’est encore illustré dans l’étouffement de la démocratie et du libre exercice des droits consacrés par la constitution. »Selon Abass FALL, le chef de l’état Macky SALL a mobilisé les forces de l’ordre pour réprimer sévèrement des hommes et des femmes dont le seul tort a été de vouloir exercer leur droit de manifester consacré par la constitution en son article 08.Par la même occasion, il a lancé un clin d’œil à cette masse populaire sorti pour la transparence sur cette affaire de corruption dans ses propos « Nonobstant le dispositif de répression sur et autour de la place de la nation, lieu retenu pour notre rassemblement pacifique,femmes,jeunes,adultes sont massivement sortis pour manifester leur exigence d’une gouvernance saine et transparente de nos ressources naturelles dont le pétrole et le gaz plus particulièrement. »
Abdourahmane SOW en évoquant le changement de lieu rappelle qu’il ne s’agit en aucun cas d’une peur mais que cela fera l’objet de supporter le Sénégal lors de son match de Can sur les FAN ZONES car cela va coïncider avec l’ouverture de la coupe d’Afrique des nations. Interpellé sur cette stratégie consistant à manifester pacifiquement, Mme Blondin Diop affirme qu’il y’a une stratégie alternative en précisant que la plateforme AAR LI NU BOKK s’inscrit dans une perspective durable, de protéger toutes ressources et tous droits des Sénégalais qui seraient lésés par des autorités ici ou ailleurs. A cela, elle ajoute que y’a des démembrements au niveau de la Diaspora et dans d’autres pays pour la gestion des problèmes locaux. En cas d’interdiction de cette manifestation prévue pour le vendredi 21 juin 2019, elle tonne : « nous vous rappelons que c’est nous qui sommes dans le droit, c’est un droit constitutionnel et la seule obligation qui nous incombe à ce niveau c’est le régime de déclaration, c’est le régime d’information comme quoi nous allons tenir quel type de manifestation, sur quel endroit, à quel heure et donc voici les contours. »Dans cette même lancée, elle poursuit, nous n’accepterons pas qu’un arrêté du préfet soit en porte à faux avec un article de la constitution. »
Quant au télescopage avec la CAN, Mme Blondin DIOP est revenue sur ce sujet en soulignant l’agenda des sénégalais qui sont de types professionnelles, des loisirs et des agendas revendicatifs ou associatifs. Sur la question d’accorder le bénéfice du doute à l’action du procureur qui suit une enquête en cour, Abdourahmane sow affirme que le procureur » a été interpellé par voie épistolaire et il n’a pas bougé en a croire que si il ne recevait pas d’instruction cela n’aurait pas eu lieu. « Il ne nous rassure pas »conclut-il.
Dieynaba AGNE