ADIE:La dématérialisation des procédures administratives, un système d’industrialisation fiable



Un atelier de partage et de mise en commun des expériences de dématérialisation s’est déroulé ce mardi 26 juin 2019 en compagnie d’autorités. Présidé par le secrétaire d’état accompagné du DG de l’ADIE, du représentant du bureau opérationnel et du suivi du PSE, du représentant du bureau opérationnel et méthode et du directeur de l’automatisation du fichier, cet atelier est en vue de capitaliser les actions pour une administration performante.
L’atelier de partage et de mise en commun des expériences de dématérialisation tenu ce matin a fait l’objet de discussion autour d’autorités et de participants venus assister à cette réunion. Lors du point de presse, le DG de l’Agence de l’informatique de l’état du Sénégal, Cheikh BAKHOUM est revenue sur le but de cette rencontre suite d’abord à ses vives remerciements à l’endroit des personnes qui étaient présent. Sur ce point, il dit : « nous avons jugé utile de regrouper tous les champions en matière de dématérialisation dans notre administration pour échanger sur les baisses, pour également essayer de voir comment mutualiser nos efforts, mutualiser nos ressources pour que ensemble nous pussions industrialiser la dématérialisation des procédures administratives. »Cela s’agit sous les yeux de Cheikh BAKHOUM d’un enjeu majeur pour la transparence dans l’administration, mais aussi un enjeu majeur pour la délivrance dans la célérité au niveau du service public. Même si c’est un enjeu majeur, il n’en demeure pas moins des cybers attaques et de ce côté, il répond qu’il s’agit du enjeu majeur qui est de la sécurité des systèmes d’information et que le Sénégal a pris en charge ce volet avec beaucoup de vigueur. Par-delà il nomme la mise en place d’une commission nationale de cryptologie et d’autres entités en la matière avec la police nationale et au niveau de l’ADIE avec la direction de sécurité des systèmes d’information.
Plus de 50 procédures ont été dématérialisés par l’ADIE en plus de convier beaucoup d’administrations qui ont su dématérialiser leurs procédures. Et sur ce sujet, la question que l’on doit se poser selon le DG de l’ADIE Cheikh BAKHOUM c’est comment renforcer la dématérialisation en l’accélérant. Pour ce qui est du retard de dématérialisation pour le Sénégal, Cheikh BAKHOUM pense que l’intelligence artificielle est un sujet qui sera abordé en permettant d’avoir des raccourcis de portails et de l’utilisation de cette technologie par les citoyens. En matière de l’inaccessibilité de certains documents, il affirme que l’état civil est renvoyé aux collectivités locales en envisageant de faire un projet au niveau national « nous allons accompagner toutes les collectivités pour se mettre en ordre compte tenu d’un relèvement de 200 centres d’état civils ne disposant pas d’électricité et plus de 400 centres n’ayant pas de connectivité. Sur ce plan il traduit cela par des défis à relever partout au Sénégal afin de mettre à niveau tous ses centres et pour avoir un système d’information central qui puisse être utilisé par tous ses centres qui seront mis à niveau.
Dieynaba AGNE

Précédent Nourou Niang responsable politique APR Grand Yoff: "Macky Sall a oublié ses militants de la première heure"
Suivant SAMM SUNNU REEW contre-attaque l"opposition et riposte contre AAR LI NU BOKK