ANTS: L’exploitation des ressources pétrolières et gaziers et la capture du dividende démographique au centre d’intérêt des échanges


L’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal(ANTS) a organisé une séance académique ce vendredi 28 février 2020.Dans cette lancée, le professeur Ibrahima LY, directeur du laboratoire LERPDES/Ucad et le Dr Cheikh Seydil Moctar MBACKE, consultant indépendant et Senior Fellow au CREFAT ont tenu à faire une présentation de leur thème.

Le professeur Ibrahima LY, directeur du laboratoire LERPDES/Ucad dans sa présentation est revenu sur son thème intitulé « Droit de l’environnement et exploitation des ressources pétrolières et gazières ».Invité de l’Académie des sciences et techniques du Sénégal, le titulaire en droit sur le concept du droit de l’environnement voit cela comme un ensemble de règles juridiques applicable à la gestion de l’environnement. Une rencontre qui pour lui a servi de faire le lien de l’environnement et l’ensemble des règles juridiques à la fois nationales, internationales, communautaires et des normes directives et techniques applicables à la gestion des hydrocarbures, liquides et gazeuses. Autrement dit ,il s’agit des ressources pétroliers et gaziers et pour en dire plus, il affirme « il est important pour tout pays d’avoir des ressources financières pour pouvoir gérer son activité économique et le pétrole et le gaz sont effectivement des conditions de chances c’est la raison pour laquelle la gestion doit être faite de manière optimale tout en respectant les règles environnementales. » Pour cela, le professeur parle des normes comme la constitution, le code pétrolier, le code gazier et tous les textes adoptés en vue de respecter la gestion prévue au niveau national dont le Sénégal signataire de la convention internationale. Dans cette perspective, il cite le respect des orientations stratégiques, des normes nationales, des normes internationales mais aussi corriger les lacunes (coordination institutionnelles) se
manifestant durant l’application des règles (contenus des normes une fois adaptée) en plus des normes qui s’appliquent directement.

Sur « la capture du dividende démographique pour un développement accéléré au Sénégal : mythe ou réalité ? », c’est le Dr Cheikh Seydil Moctar MBACKE qui en est revenu largement. Selon le démocrate statisticien à la retraite, le concept du dividende démographique est d’une manière générale très complexe mais pas en prenant l’exemple d’un ménage sénégalais moyen ayant 10 enfants 3 adultes grandissant avec le temps entrant dans le marché du travail avec beaucoup plus de travailleurs que de consommateurs. Ainsi avec les changements démographiques, il révèle que le Sénégal est en train d’avoir de moins en moins d’enfants avec la baisse de la fécondité et la natalité causant la réduction du nombre d’enfants et relativement la part des travailleurs populations augmente « c’est ça qui libère des ressources qui peuvent être investir pour appuyer les efforts de développement » dit-il. Dans son étude, il confirme un déficit de 95% provenant des jeunes de 0 à 30 ans constituant la majorité de la population. Par ailleurs il y’a une autre figure du dividende démographique comme l’entrée des jeunes dans le marché du travail avec un emploi décent permettant de satisfaire la famille du fait de bénéficier d’une retraite plus prospère dans l’avenir « c’est maintenant qu’il faut commencer à investir pour pouvoir bénéficier de cette manne que le premier dividende démographique est en train de mener, est en train de générer. »lance-t-il.

Previous Le DG du COUD a reçu un chèque des mains de (GCO ) Grande Côte Opération société d'exploitation zircon à Diogo
Next Politique :Crise au sein de L'APR des parcelles assainies DJIBRIL BA responsable politique et membre du CCR se prononce