Assemblée Nationale : Aïda Mbodj fustige la gestion du budget du MSAS et déplore la banalisation de l’alerte sur le nouveau variant OMICRON


 Au delà de la problématique liée à l’accès aux médicaments, la député Aïda Mbodj a soulevé lors de la séance de vote du budget dédié au ministère de la Santé, les manquements qui existent dans le mécanisme de prévention des maladies et autres épidémies au Sénégal.
« On s’est empressé d’inaugurer des hôpitaux qui ne sont toujours pas fonctionnels, ne serait-il pas plus judicieux de réhabiliter les structures déjà existantes? » s’est interrogée Aïda Mbodj qui décrie la gestion du budget alloué au secteur de la Santé.
Dans le même sillage, la parlementaire accentuera son propos sur la gestion de la Covid -19 et la banalisation de l’alerte sur le nouveau variant du virus SARS-COV 19, Omicron.
« Le vaccin sinopharm injecté à plus de la moitié des vaccinés au Sénégal n’est pas accepté par certains pays, de ce fait beaucoup de sénégalais se sont vus refuser l’entrée dans des pays des Émirats Arabes Unis (UAE), une chose déplorable et jusque-là négligée », a-t-elle déclaré avant de poursuivre. « Le ministère de la santé est uni à tous les autres ministères, il constitue le noyau central autour duquel tourne toutes les institutions, par ailleurs sa gestion préventive doit être révisée dans les moindres détails… »

Previous CÉRÉMONIE D’INAUGURATION DE L’INSTITUT DE DÉFENSE DU SÉNÉGAL (IDS)
Next Forum sur la Paix et le Développement: l'APD promeut la non-violence