Atelier de partage sur le fichier électoral Bernard Casimir Demba Cissé revient sur les modalités


L’atelier de partage portant sur le fichier électoral a été organisé ce jeudi 23 novembre à l’hôtel Ngor Diarama.Représentant de partis, de coalition ou de mouvement sont venus prendre part à cet atelier dirigé par Bernard Casimir Demba CISSE, directeur de la formation et de la communication qui a fait l’objet d’échange entre acteurs politiques.

C’est d’abord par un arrêté du ministre de l’intérieur et d’un guide pratique pour la constitution et le dépôt des dossiers de candidature à l’élection présidentielle du 24 février 2019 mis à leur disposition que les échanges ont commencé entre acteurs politiques et le présentateur de ce fichier Bernard Casimir Demba CISSE. Assis autour d’une table pendant des heures, les différents représentants des partis politiques se sont lancés dans un débat.

Bernard Casimir Demba CISSE, présentateur du fichier électoral et directeur de la formation et de la communication de la direction générale des élections du ministère de l’intérieur est revenu sur l’objet de cet atelier «  sur les instructions du ministre de l’intérieur et du directeur général des élections, nous avons comme d’habitude avant chaque élection organisé un atelier dont l’objectif est de discuter les candidats à la candidature notamment à travers leur représentant mais également leur personne, discuter avec eux des modalités de constitution et de dépôt des dossiers de candidature à l’élection présidentielle sachant que le dépôt, la réception et le contrôle de ses dossiers seront du ressort du conseil constitutionnel. »Il ajoute « il s’agissait pour nous de commenter avec eux des dispositions pertinentes du code électoral mais également les dispositions de la constitution qui indique qui doit être candidat, qui indique qu’elles sont les dossiers à déposer au conseil constitutionnel, qui indique quelles sont les modalités de déclaration d’une candidature et au final comment même se fera l’impression des bulletins de vote au moment auparavant se fera la publication des candidats que le conseil constitutionnel va arrêter. »

Intervenant sur les types de modèle, Bernard Casimir Demba CISSE dit : « il y’a d’abord le modèle de déclaration de candidature parce que vous lisez les articles l115 et l116 du code électoral ou l’on parle des pièces à déposer mais le premier modèle c’est la déclaration de candidature, un modèle qui s’impose à tous les acteurs. Cemodèle indique la présentation du candidat, sa filiation, son age,sa profession mais également des déclarations sur l’honneur parce que la personne doit déclarer sur honneur qu’elle est de nationalité sénégalaise exclusivement, elle doit déclarer sur l’honneur qu’elle est en règle avec la fiscalitéde notre pays, elle doit également déclarer et attester qu’elle a verser le montant de la caution qui est fixée à 30 millions et cette déclaration de candidature doit être signé par le candidat lui-même. »toujours sur le même point « il y’a un autre modèle qui est un modèle de notification des noms des coalitions de partis politiques ou bien d’entités indépendantes parce que ne vont aux élections que des candidats investis par des partis politiques ou bien des coalitions de partis politiques ou des entités indépendantes hors les coalitions de partis politiques constitués n’existent que pour les élections ou elles sont déclarés. »En dehors de cela, il dit qu’il y’a une déclaration d’investiture parce que tous les candidats qu’ils soient présentés légalement par les partis constitués ou bien par des coalitions de parti légalement constitués ou bien que ça soit des candidats dits indépendant, tous ils sont soumis à l’obligation d’être investis soit par un parti ou par une coalition ou par des entités qui sont derrière.

Revenant sur des quelconques craintes pouvant porter sur le parrainage invalidé, ce dernier affirme « nous ne sommes pas la structure qui reçoivent et qui contrôle les listes de parrainage, c’est le conseil constitutionnel mais le débat était riche et opportun parce que pour certains il s’agissait d’être rassuré que par exemple une rature ou bien un blanc o pourrait déjà invalidé la liste de parrainage,non,ce qui a le plus important c’est de les convier à remplir les fiches de façon lisibles pour leur propre intérêt sachant que plus les fiches sont lisibles plus le support électronique va être plus facile à remplir et cela éviterait les erreurs. Donc ce sont les craintes légitimes qui ont été exprimé. » A cela il  ajoute précision « lorsque le conseil invalide un parrainage du fait de doublon, la liste n’est pas invalidé immédiatement, le candidat n’est déclaré invalidé immédiatement.la loi donne la possibilité au conseil de notifier à moins de 43 jours du scrutin au mandataire du candidat qu’il y’a des problèmes sur sa liste et lui donne la possibilité pendant 48h qui suit cette notification de procéder au régularisation. »

Previous ARGENTINE : Un Sénégalais mortellement poignardé
Next RENFORCEMENT DE CAPACITÉ AUX JOURNALISTES AU PROGRAMME D'APPUI DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL. PADESS