Atelier sur les défis de l’accès à l’eau et l’assainissement en Afrique Horizon 2030


Relever le défi démographique pour l’atteinte des ODD
Pour relever les défis de l’accès à l’eau et l’assainissement en Afrique à l’Horizon 2030,un atelier a eu lieu ce mercredi 22 janvier,à l’initiative du comité Sénégal de l’Association Africaine de l’Eau, ce séminaire a réuni beaucoup d’experts évoluant dans le secteur de l’eau et la participation de plusieurs pays d’Afrique membres de l’association Africaine de l’Eau pour favoriser une approche sous régionale.


Il s’agit de faire un partage d’expériences sur les bonnes pratiques pour en tirer des leçons. Avec comme objectif majeur l’identification des problèmes liés à l’accès à l’eau et à l’assainissement sur le continent, cette rencontre a fait aussi l’objet de proposition de solutions concrètes pour l’atteinte des objectifs de développement durable(ODD).
Pour M. Abdoulaye SENE c’est un engagement fort de la part des participants avec l’une des caractéristiques la déclaration de Dakar, Le secteur de l’assainissement nécessite selon lui un changement de paradigme en transformant ses secteurs en secteurs marchands « tant que nous n’arriverons pas à transformer ses secteurs en secteurs marchands, nous allons continuer à tourner en rond » peste-t-il. Les termes accès sécurisé, accès équitable pour ne parler que des ODD sont porte à faux avec la réalité en citant le paiement de contribution qui ne s’offre pas à toutes les couches sociales.


Pour l’atteinte des objectifs, le directeur exécutif de l’association de l’eau aborde la question de multiples perturbations (accroissement de la population, l’urbanisation galopante, les changements climatiques) qui nécessitent des réflexions pour le développement durable. Pour en arriver, il propose comme solution le financement permettant aux états de mettre en place leur système pour une meilleure distribution de l’eau. A cela s’ajoute une bonne gestion des gouvernants dédiés à des ministères en charge de l’eau avant de confirmer que les pays doivent s’unir pour l’accélération de ce processus.Il renseigne que même s’il y a d’autres pays pris en compte, le Sénégal reste en avance par rapport à ses pays ce qui explique son utilisation comme mentor pour le renforcement des capacités à d’autres pays.
M.Lansana Gagny SAKHO, directeur général de l’ONAS, vice-présidente de l’Afrique de l’Ouest de l’association africaine de l’eau est revenu sur la pertinence de cet atelier en citant l’appui des partenaires techniques et financiers, de l’état mais aussi le secteur privé. Le but pour lui c’est de réfléchir ensemble en intégrant l’association africaine de l’eau pour que 2030 soit l’année de l’atteinte des objectifs de développement durable et de façon globale, il pense à la situation de référence «je pense que la première chose dont nous devons tous faire c’est faire une situation de référence.je pense à chaque pays et c’est à ça que nous travaillons association africaine de l’eau doit avoir une situation de référence pour l’atteinte des ODD et appeler à travailler sur la problématique. »Tout en soulignant le défi démographique qu’il faut relever avec l’implication du secteur privé dans l’exécution du projet et du financement.

Previous Lancement de gestion budgétaire :Des solutions correctes pour une finance publique
Next Marche des enseignants : Le G7 exige le respect des accords en 2014 et en 2018