Autour d’un pacte mondial pour la réinsertion des migrants .


C’est sous l’égide du Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur et de la Direction Générale des Sénégalais de l’Extérieur que la journée internationale du migrant a été célébré ce mardi 18 décembre 2018 à la place de la nation(Obélisque).Cette cérémonie a vu la participation de plusieurs migrants et d’acteurs.

Ce 18 décembre marque une date symbolique de la célébration de la journée internationale du migrant. Conscient de la problématique de la migration qui fait l’objet d’une attention particulière de la part de la communauté internationale, l’assemblée générale des nations unies a déclaré cette date de chaque année comme la journée internationale du migrant. Cette journée du 18 décembre avec comme thème : « Gouvernance inclusive de la migration, retour et réintégration des migrants et investissement productif de la diaspora » s’est inscrite dans le but de renforcer la protection et la réinsertion socio- économique réussie des migrants de retour. Pour le ministre des sénégalais de l’extérieur Sory KABA, cette journée se passe dans un contexte particulier qui est un contexte de lendemain de signature d’un pacte mondial qui donne des orientations à travers les nations unies, du nouveau tableau de bord mondial pour une gouvernance mondiale des migrations. C’est dans ce contexte qu’il affirme « l’ensemble des acteurs, chacun en ce qui le concerne, tous unanimement pour une approche réussie d’une migration sure, une migration ordonnée, une migration régulière. »

Parmi les participants l’on a noté également la présence de la coopération espagnole et celle de l’union européenne. Des défis sont à relever pour la représentante de la coopération même si elle estime de la nécessité de consacrer une journée inoubliable et à pouvoir réfléchir sur certains aspects qui ne sont pas encore tenus en compte. A ce sujet elle évoque de leur soutien d’entrer en moment à la  participation à un projet. Le représentant de l’union européenne lui, dans son discours tient à réitérer de l’engagement durable de l’union européenne en faveur de la protection des droits humains des migrants, de la prévention des déplacements irréguliers et à la place d’ assurer  des possibilités de voies légales et sécurisé de migrations. Il dit : « nous travaillons avec tous nos partenaires du monde entier, pays d’origine, pays de transit, pays de destination et organisation internationale (ONG). » et lance le message du pacte mondial en ses termes « aucun pays ne peut faire face à la migration seule, ni en Europe, ni ailleurs dans le monde. »

Le ministre du travail Samba SY dans son interview interpelle les migrants « c’est bien de partir, d’aller chercher ailleurs mais ce que nous voulons c’est que les choses se passent dans des réguliers sans aucun mort ni de difficultés afin que chacun part en toute quiétude et puisse revenir sans être confronté à des difficultés. » Et pour le ministre du travail cela ne peut se faire qu’en développant le Sénégal avec ses propres ressources d’où l’implication du gouvernement avec des programmes nourrissantsdans certaines localités tels que développer l’agriculture, la pêche, d’autres métiers et l’économie afin d’animer chez chaque sénégalais migrant à l’extérieur le désir de revenir.

Le président de la fédération des émigrés de retour, Youssou MBENGUE a profité de cette journée pour apporter pour lancer ses doléances « nos principaux doléances c’est en fait le problème du retour puisque la migration actuellement est un phénomène qui a atteint son paroxysme dans le cadre de la gravité. » Pour ce migrant qui parle, la solution c’est : laréinsertion des migrants de retour autrement dit l’assistance et l’insertion dans le tissu économique et social. Et c’est en concluant que ce migrant appelle à une bonne gestion des fonds apportés par l’union européenne dans la transparence et dans l’essentiel : « dans l’essentiel, c’est l’investissement  pour les migrants de retour. »

Previous La révolution numérique et digitale et les droits de l’homme : défis, opportunités et enjeux pour les droits humains L’ère numérique et digitale au cœur des discussions
Next Le CTIC pitch festival a démarré une vingtaine d'entrepreneurs en digital