Benoît Sambou, Président de la CNDT: « La résolution des spéculations et conflits fonciers est une urgence en milieu rural. »


Benoît Sambou, Président de la CNDT: « La résolution des spéculations et conflits fonciers est une urgence en milieu rural. »
Benoît Sambou, Président de la CNDT: « La résolution des spéculations et conflits fonciers est une urgence en milieu rural. »

La Commission Nationale de Dialogue des Territoires a tenu ce Mercredi 21 Juin 2023, un atelier de partage et de mise à niveau sur la prévention, la médiation et la résolution des conflits fonciers au Sénégal. M. Benoît Sambout, Président de la CNDT, a piloté le séminaire en présence de M. Mamadou Oury Diall de l’Union des Associations d’Élus Locaux (UAEL).

La CNDT a vu le jour le 21 Décembre 2015 par décret présidentiel. Rattachée à la Présidence de la République, c’est un organe technique de réflexion stratégique et consultatif sur les questions territoriales au Sénégal. Dans ce sillage, la Commission Nationale de Dialogue des Territoires a pour principal objectif de faciliter les relations « gouvernement et collectivités territoriales » pour améliorer la concertation entre acteurs territoriaux.

En vue de renforcer la promotion d’une approche territoriale de prévention, médiation et résolution des conflits fonciers au Sénégal, la CNDT, en synergie avec ses partenaires (UAEL, IPAR, AMS, DVGF), a organisé cet atelier de réflexion regroupant le gouvernement, les mairies, le secteur privé et la société civile.

« La gestion et la résolution des conflits et spéculations fonciers au Sénégal sont plus que jamais importantes notamment en milieu rural où les populations demeurent rétissants aux investisseurs nationaux et internationaux pourtant détenteurs de titres fonciers légaux », a souligné M. Benoît Sambou.

La Président de la Commission Nationale du Dialogue Territoriale (CNDT) à également rappelé la nécessité, pour l’État du Sénégal, d’instaurer un climat social apaisé et de garantir un cadre de vie et d’épanouissement avec des relations pacifiques et un bon voisinage entre citoyens.

Précédent Colloque International en Octobre : Lumière sur Sédhiou
Suivant Me Sidiki Kaba : « Le Sénégal n’est pas l’enfer des droits de l’homme. »