Bismillahir Rahmanir Rahim – Wa salatou wa salam ala rassoulilah M. Blinken, Pr Ababacar Mboup


 

M. Blinken,
Soyez le bienvenu, M. le Secrétaire d’État, en terre sénégalaise.
Notre pays est connu pour son hospitalité. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle pays de la TERANGA. Cette réputation ne date pas d’aujourd’hui. Elle fait corps avec notre histoire. Elle nous a même parfois porté tort. Alors que les explorateurs européens avaient débarqué chez nous, l’esprit de conquête en bandoulière, nous les avions reçus à bras ouvert, avec le sourire que plus tard ils ont appelé le « rire banania ». Ce fut la rencontre d’un peuple pacifique, ouvert à l’altérité, imbu de valeurs humanistes avec un peuple avide de pouvoir et de biens matériels. Ce fut là un épisode du fameux quiproquo historique de Dominique Temple dont nous peinons encore à résorber les néfastes conséquences.
Cela nous a valu, en effet, tour à tour l’esclavage, la colonisation, le néo colonisation avec leur lot de violence, d’exploitation, de mépris à notre égard. Certes nous en avons souffert mais sur le plan des valeurs humaines, nous avons tenu bon. Nous sommes restés ce peuple accueillant, tolérant, chaleureux. Malgré un séjour très court, vous en aurez la confirmation M. le Secrétaire d’État.
Votre visite nous honore. Pour votre premier déplacement en terre d’Afrique avec l’avènement récent de votre administration au pouvoir, vous avez choisi le Sénégal comme destination. C’est à la fois une marque d’estime et d’intérêt. Nous ne connaissons certes pas l’ensemble des critères qui ont présidé à ce choix, mais nous sommes sûrs que la stabilité politique et sociale, la démocratie et la douceur de nos mœurs en sont un.
Nous nous évertuerons, avec nos dirigeants mais aussi avec toutes les populations à nous montrer dignes de ce choix et à vous témoigner notre reconnaissance et notre volonté d’ouverture et de coopération avec le Grand peuple américain.
Par ailleurs, nous savons ce que nous pouvons gagner dans cette coopération. L’histoire de votre pays regorge d’évènements et de situations qui en font un pays unique. Nous ne voulons en retenir que cet attachement à la liberté qui fut à la base de votre révolution bien antérieure à celle de 1789, votre contribution décisive à l’endiguement de la vague fasciste en Europe, le fameux plan Marshall qui a remis debout cette même Europe, mais aussi votre participation aux initiatives en faveur de la décolonisation.
Un tel pays peut beaucoup apporter pourvu qu’il reconnaisse aux autres le même droit d’avoir un système de valeurs, de définir leurs priorités et de les défendre contre toute forme d’ingérence.
Comme le vôtre, notre pays le Sénégal a ses traditions, ses croyances, pour tout dire un système de valeurs auquel nous tenons comme à la prunelle de nos yeux. C’est un héritage d’ancêtres glorieux, de nos saints, des hommes de piété et d’honneur que nous faillirons à ne pas conserver et protéger.
Notre pays est un Finistère. Tous les vents du monde s’y croisent. Mais aucun ne soufflera si fort au point de faire accepter ces idées, des comportements et des pratiques que nous considérons comme des antivaleurs. L’homosexualité et d’autres tendances du genre en font partie.
Pour que nous nous entendions bien et que l’estime réciproque soit préservé, nous empruntons une expression qui vous est chère aux États-Unis pour signifier votre détermination devant l’adversité : nous demander de légaliser ou même de tolérer l’homosexualité est la ligne rouge à ne franchir.
Bonne arrivée et bon séjour M. le Secrétaire d’État.

Ababacar Mboup
Coordonnateur Ànd Sàmm Jikko yi
Mail : sasmahad@outlook.fr
Tél : 33 835 57 95

Previous Violences Électorales au Sénégal: la Plateforme Jammi Rewmi établit sa Charte de Solutions
Next Economie L'Etat du Sénégal et l'APBEF-S signent une convention-cadre pour la reprise des prêts DMC