CAROLINE GUEYE: UN DON DE DIEU EN ARTS PAR EXELLENCE.


Après des études à Lyon, à la Nouvelle-Orléans et à Taïwan, Caroline Guèye est devenue ingénieur en physique de l’atmosphère. A côté de ce brillant cursus, la sénégalo-togolaise développe une riche carrière artistique. Petite fille de l’artiste togolais Paul Ahyi, elle se doit de préserver son legs. Car possédant un double atavisme artistique. Le talent de papy et des similitudes dans la manière de travailler. Le journaliste Aliou badara mané spécialiste en culture vous dresse son portrait.
L’art est un don chez Caroline Guèye. Elle n’a jamais fréquenté une école de beaux arts. Mais, elle n’a rien à envier aux artistes diplômés. Sa technique de travail est exquise. Pourtant elle n’arrive pas à l’expliquer : ‘’Ma technique, je me l’invente en gros. J’utilise beaucoup les formes. Je laisse vraiment aller mon bras, mon poignet pour les formes, pour que cela soit fluide. Après, je me laisse aller. Il y a beaucoup de ma sensibilité dans ce que je fais’’, explique-t-elle.
Ce qui est vrai puisque quand on regarde les tableaux de Caroline, on y perçoit sa sensibilité, ses sentiments à travers des formes qui donnent l’air d’être fragiles. Ses œuvres laissent également transparaître le côté méticuleux de cet artiste. Les formes sont nettes. C’est le cas dans la trilogie qu’elle a réalisée sur les Nigérianes enlevées par Boko Haram. ‘’Bring back our girls’’ est son nom. Sur fond noir, les trois tableaux représentent les filles, des armes, les membres du groupe islamiste en question et un brin d’espoir à travers une couleur bleue présente sur les trois tableaux.
L’actualité fait parler la muse de Caroline Guèye. L’espace également. Des théories de physiciens ou des représentations stellaires sont très présentes dans le travail de la jeune fille. Cela s’explique par son parcours assez atypique. Petite fille du très célèbre sculpteur et peintre togolais Paul Ahyi, celui-là même qui a créé le drapeau togolais, Caroline a grandi entre les œuvres de son grand-père. Ainsi, très jeune, elle s’essayait déjà au dessin. Sa chambre étant son ‘’atelier’’, ses murs, ses plans de travail. ‘’Je n’aimais pas les posters, alors j’ai demandé à maman si je pouvais dessiner sur les murs de ma chambre. Elle m’a dit oui tant que je me limitais à cet espace. J’ai commencé à le faire’’, se rappelle Caroline. Quand son grand-père a découvert cela, il l’a encouragée et a même dessiné sur ces murs. Seulement, il tenait à ce que sa petite fille termine ses études, avant de s’adonner pleinement à sa passion. ‘’Après le bac, j’hésitais entre aller dans une école d’art ou faire des études en physique, parce que j’adorais les deux. Mon grand-père m’a dit d’aller étudier, mais de ne jamais abandonner ma passion quand même’’, affirme-t-elle.
Suivant le conseil de son papy, Caroline a terminé ses études et est actuellement ingénieur en physique de l’atmosphère. C’est pourquoi l’espace est très présent dans son travail. L’objet de ses études est devenu l’une de ses principales source.
Previous PARRAINAGE: Le Réseau des enseignants de l'APR dément formellement toute velléité d'achat de conscience.
Next CAROLINE GUEYE: UN DON DE DIEU EN ARTS PAR EXELLENCE.