Cérémonie de signature de la convention collective nationale du secteur de la presse Les acteurs de la presse s’engagent pour l’amélioration des conditions de vie dans le milieu médiatique


secteur de la presse. »A ce titre, le ministre se dit être content d’assister à cette signature « je me réjouis donc tout particulièrement d’y prendre part précisément parce que la présente cérémonie témoigne de la volonté des parties prenantes, d’améliorer la qualité du dialogue social, celle de la négociation collective dans leur secteur d’activité. » en plus d’ajouter son soutien pour l’accompagnement « en tout état de cause, je vous réaffirme solennellement la disponibilité de mes services à être à vos côtés pour les prochaines étapes devant accompagner l’application de cette nouvelle convention collective à savoir les formalités de publicités et d’extension mais également la phase de vulgarisation. »

Ibrahima Khalil NDIAYE qui est du SYNPICS en parlant de cette convention évoque les conditions des reporters « cette convention, c’est d’abord les reporters qui sont sur le terrain qui se battent nuit et jour, qui vont partout, qui relaient l’information qui ne pas sont colles et qui n’ont même pas de contrat de travail, qui n’ont jamais connu pour la plupart un bulletin de salaire. »Et pour y arriver à cette application de cette nouvelle convention qui est un combat à mener, Ibrahima Khalil NDIAYE appelle à l’implication de tout un chacun « c’est un travail d’équipe, tout un chacun est interpellé à jouer sa partition à commencer par reporter. Moi je dis que nous dédions cette convention aux reporters qui sont l’élément central d’une entreprise de presse dont on ne reconnait pas souvent le mérite. »la question de la masse salaire a été aussi mentionné par celui-ci qui dit «nous essayé quand même dans le cadre des négociations de tenir compte de certains augmentations de salaire qui ont eu liés au Sénégal notamment la grande augmentation de salaire qui est survenu juste après la dévaluation et aujourd’hui si on estimait on peut dire 11% à 12% d’augmentation de salaire. »

 

Précédent LA CEDEAO CELEBRE LA JOURNEE INTERNATIONALE POUR L'ELIMINATION DE LA VIOLENCE A L'EGARD DES FEMMES.
Suivant Le chef de l’état Macky SALL accueilli à grande pompe