collectivités local , reforme 2008 Podor, un département morcelé en une mosaïque de communes au nom de la politique politicienne


Le Sénégal a eu à opérer d’importantes réformes pour réussir la
décentralisation. Entre autres réformes celle de 1972 avec la loi n* 72-25 du 25
avril 1972 qui créa les communautés rurales. C’est bien après plus précisément
en 1996 que le département de Podor connait sa troisième commune, Golléré
après celle de Podor et de Ndioum ; celle-ci créée en 1990. Et c’est plus tard en
2002 que Ndiandane devient la quatrième commune du département du Nord
.Ainsi à partir de cette réforme Podor comptait 4 communes et une dizaine de
communautés rurales. C’est avec la réforme de 2008, une réforme qui
ressemblerait à une stratégie de préparation du régime de WADE d’asseoir ses
hommes partout que le département enregistre une pléthore de collectivités
locales.
Le décret n*2008-748 du 10 juillet 2008 élargit la liste de communes –villes
dans le département de Podor avec la création des communes de Mboumba,
Guédé Chantier, Démette et Galoya Toucouleur et quelques mois après, plus
précisément quelques semaines avant les élections locales ont été créées 4
autres dans le département de Podor :Aéré Lao, Pété, Waladé et Bodé Lao .
Cette réforme tout en augmentant le nombre de communes urbaines crée de
nouvelles communautés rurales . C’est alors que l’ex communauté rurale de
Galoya Toucouleur se détache des villages environnants qui composent la
nouvelle communauté rurale de Mbolo Birane , il a été de même avec la
création de la commune de Pété qui a engendré celle de la communauté rurale
de Boké Dialloubé . Dans l’arrondissement de Cas-Cas , la communalisation de
Mboumba a favorisé la naissance de la communauté rurale de Méri .Toujours
dans le même arrondissement , l’ex communauté rurale de Aéré Lao donne
naissance à deux communes-villes Aéré Lao et Bodé Lao et une communauté
rurale de Doumga Lao. Cette réforme scelle le sort du département en
accroissant le nombre de communes et de communautés rurales tel un
morcellement ou une balkanisation comme dans les grands ensembles
géographiques africains. Si ce morcellement était pour un développement local
les populations s’en féliciteraient, elles qui n’ont jamais été consultées. La
commune de Galoya Toucouleur aurait vu le jour pour monter une base
politique à un ténor du Mouvement du Concret et très proche de Karim WADE

Abdoulaye Racine KANE. La création de la commune de Pété et de la
communauté rurale de Boké Dialloubé aurait mis à l’aise les instances du PDS
car Pété avait en son sein deux responsables libéraux et pas des moindres
Sileymane SOW et Djiby MBAYE. Alors cette réforme aurait permis de taire les
querelles de tendances. Sileymane SOW devient le dernier président du conseil
rural de Pété et le premier et seul président du conseil rural de Boké Dialloubé
et Djiby MBAYE le premier maire de la commune de Pété suite aux élections
locales de 2009. Ce serait par la pression de la population de Bodé Lao sur un
de ses fils et par le souci de conserver sa base que Alioune DIOP ministre
conseiller du président WADE à la suite de la création de la commune urbaine
de Aéré Lao a permis l’érection de sa localité en commune. Ailleurs il fallait
récompenser le puissant Moussa SOW, l’un des grands leaders politiques du
département en érigeant Walaldé en commune. Si cette réforme a permis au
régime de WADE de taire les querelles de leadership dans le département, elle
a favorisé une distanciation de population unies de plusieurs ordres . Les
conséquences sont incommensurables .Elle a créé des communes –villes dont
les contours géographiques ne sont pas encore définis , d’autres à espace
domanial très restreint du fait de leur situation –enclave . Comme les
communes de Galoya Toucouleur et Pété coincées respectivement entre les
communautés rurales de Mbolo Birane et Boké Dialloubé . Ce sont des
communes et communautés rurales qui pour la plupart ne disposent d’aucune
recette fiscales et dépendent de l’état et de la coopération pour la réalisation
des projets de développement .Une tare qu’avait l’ambition de régler l’Acte III
de la décentralisation de 2013 qui supprime la communauté rurale avec la
communalisation universelle.
H. NIANG ,Correspondant Podor

Previous Reprise des cours du 25 Juin : Le jour d’après dans l’IEF de Pété
Next Si Macky Sall me donne l'autorisation de rentrer au Sénégal je vais déboulonner la statut Faidherbe " KEMI SEBA"