Congrès des notaires: Un engagement pour plus de responsablités et de mutation pour désengorger l’espace juridique


En marge du 31ème congrès des notaires d’Afrique, les acteurs de la chambre des commerce du Sénégal ont tenu à organiser une conférence de presse ce lundi 30 septembre 2019 avec comme thème « Déjudiciarisation, le foncier et le numérique. »


Face à la presse, les acteurs de la chambre des commerces du Sénégal ont revenu sur le 31ème congrès qui se tiendra du 1er au 04 octobre 2019 à Dakar. Le Sénégal à l’honneur, La présidente de la chambre des commerces du Sénégal Aïssatou SOW BADIANE et Me Houa DODO, présidente de la chambre nationale des notaires du Niger et présidente du congrès ont délivré leur message sur cet évènement. Pour ses derniers ce congrès est organisé sous l’égide des membres de la commission et que le Sénégal faisait partie d’une union internationale regroupant 180 pays membre, 19 notariats sur le plan continental africain. « Nous qui avons en commun la pratique du notariat tel que connu dans le notariat latin » renseigne-t-elle. Selon Aïssatou SOW BADIANE, le Sénégal qui en est à quatrième organisation a battu le record sur 19 pays ce qui justifie la place et l’importance du Sénégal dans le notariat africain.
Le président Abdel el hachid pour sa part confirme de la réussite et du succès du Sénégal dans le congrès d’Afrique. Dans sa déclaration, ce dernier a surtout mis l’accent sur l’organisation du congrès : « Ce congrès a un aspect politique, se caractérise par un évènement dans la mesure que le notariat hôte et le notariat d’Afrique font appellent à des experts pour promouvoir la profession du notariat et dire surtout ce qui est le notaire, ce que nous faisons dans notre activité. »Selon M. Abdel, le thème choisi et composé de trois aspects que sont la déjudiciarisation, foncier, numérique est un thème d’actualité persistante. A ce sujet, il salue l’intelligence du choix de ce thème porté par le notariat du Sénégal. Pour lui, la déjudiciarisation renvoie à un nouveau alternative de mode pour le règlement des conflits, une justice de proximité de mettre en avant le rôle du notaire, utilité du notaire, social, juridique, économique pour régler, pour aider à rendre une justice apaisée liée au foncier, un thème récurrent et le numérique assimilé à l’avancée, le progrès, les techniques, les nouveautés technologiques mise en exergue en avant dans la profession du notaire.
Mme DODO Don Houa pense que ce thème accès sur l’actualité fait appel sur des mutations pouvant bouleverser les habitudes de vie « Nous les notaires, nous avions la conviction que ses mutations sont nécessaires en ce qu’elles vont apporter et contribuer à améliorer les conditions d’existence des populations » révèle-t-elle. Il s’y ajoute pour elle le besoin de ses services fournit par l’état.S’agissant du foncier, elle déclare son importance et le qualifie comme source de conflit parce que non réglé. Sur ce point, la présidente prend comme exemple les terrains non immatriculés. Il dit : « Il faut sécuriser le foncier »Dans cette optique, Mme la présidente du congrès et représentante du CAAF lance un plaidoyer auprès des assises, communautaires, leaders d’opinion entres autres à mettre à l’abri nos pays par rapport aux conflits qui peuvent naitre sur des questions foncières mal gérées. » lance-t-elle. A cela elle affirme qu’une prise de conscience s’impose pour cerner les problèmes et les insuffisances juridiques.