Contrats signés, situation économique du pays, politique : El hadji KASSE, ministre conseiller en parle


Le ministre conseiller chargé de la communication à la présidence de la république, el Hadji KASSE était l’invité de l’émission « par conviction » présenté par le journaliste Cheikh Diaby.Dans cet entretien, le ministre conseiller est revenu sur les sujets de l’heure qui anime l’actualité sénégalaise notamment la signature des contrats, la situation économique du pays, de la politique en particulier le fichier électoral.

  • Parlant des contrats signés tels que le contrat signé entre l’état du Sénégal et Suez qui concerne l’eau, le contrat de la Falémé  qui créent la polémique entre le pouvoir et l’opposition laissant croire que l’état du Sénégal aurait soutenu la candidature de Suez, le ministre soutient d’emblée que nous sommes dans un espace politique ou l’essentiel n’est pas toujours abordé et rappelle la priorité porté à l’eau par le chef de l’état « Dans le secteur de l’eau, il  faut rappeler que l’une des priorités du président de la république depuis le programme yoonu yokuté qui est le programme de son parti  jusqu’au PSE qui est le nouveau cadre de politique publique, la question de l’eau a toujours été une priorité. »
  • Et pour illustrer cela, El hadji KASSE a donné plusieurs raisons en commençant, par reconnaitre que l’eau est un produit vital car étant source de vie en plus d’être sensible avant de préciser que depuis 1992 qu’il y’a toujours des pénuries  ou de déficits qu’on peut noter dans certains zones d’où la construction des forages qui justifie cela et d’affirmer que l’état du Sénégal prend la question de l’eau comme une sur priorité.Et sur ce il déclare « Dans l’espace urbain il y a eu un contrat avec la SDE mais ce contrat était arrivé à terme, il  a été renouvelé et même prolongé encore, cela fait à peu près 22 ans que nous sommes avec la SDE mais l’état du Sénégal à travers son bras institutionnelle ministre de l’hydraulique est en droit de renoncer pour sélectionner un partenaire.Ça peut être l’ancien partenaire la SDE, ça peut être d’autres partenaires qui disent mieux par rapport justement à la qualité des services, par rapport à l’offre financier etc…»Il poursuit «  en la matière, le critère financier n’est pas le plus important surtout dans un secteur aussi sensible que l’eau, l’eau c’est une denrée extrêmement sensible au-delà de sa dimension économique qui exige un niveau de qualité extrêmement élevé. »Pour le ministre cela s’agit bien de la loi en qui il est important de relancer avec des partenaires en l’occurrence la SDE ou bien avec un autre. « C’est exactement ce que l’état du Sénégal a fait. » Sur l’affaire de la Falémé, ce dernier souligne «  ce qui est important c’est ce que le Sénégal peut gagner en terme d’emploi, en terme de revenu de toutes sortes » avant d’ajouter que qu’il y’ai d’autres compagnies que ça soit turc ou d’autres c’est pas important : « l’essentiel c’est qu’il y’ai plus de revenu, de notre fer qui revienne ,ça va participer à l’emploi, à l’industrialisation. » c’est à ce titre qu’il interpelle l’opposition à qui il rappelle leur statut de courtier de certains compagnies.
  • De ce point de vue, le ministre conseiller El hadji KASSE dénonce le comportement de certains opposants à l’image de Abdoul Mbaye ex premier ministre dans son dossier  qui évoque qu’on lui a induit en erreur en signant un dossier sans oublier le cas de Thierno Alassane SALL qui parle des transactions et répond « pourtant il a toujours manifesté la transparence et la netteté des contrats et voilà qu’une fois demis de ses fonctions il nous parle de publication de contrats et de n’importe quoi, tous les contrats sont publiés.S’il pense qu’il y’a des contrats qui ne sont pas publiés, il n’a qu’à alors publié. »S’agissant des investissements sur les infrastructures par exemple l’autoroute « IlaTouba », el hadji KASSE le voit comme une priorité en plus de réaffirmer qu’il s’agit de changer des modes de transports d’où la nécessité de l’instauration du TER (Train Express Régional) qui a des voies dédiées afin de réduire les embouteillages. Dans le domaine du social même si y’a beaucoup de perturbation, le ministre affirme que beaucoup d’efforts sont fournis « je peux vous citer la baisse de l’impôt dans les salaires, je l’ai vécu, d’autres l’ont vécu, on a diminuer les impôts sur les salaires, deuxièmement on a valoriser les pensions de retraite ensuite il y’a qu’à même une politique liée à la santé à l’accès des populations sénégalaises, la CMU,la carte d’égalité des chances etc… » Concernant l’affaire Karim WADE, il n’y a aucun deal témoigne le ministre El hadji KASSE qui a apporté plus d’éclairages en disant que l’exil est son propre choix et qu’il est gracié pour des raisons humanitaires « mais l’acte de grâce n’efface pas le motif de la condamnation et surtout l’amende qui a été infligé au coupable… parce qu’il est coupable, la grâce n’est pas l’amnistie. »
Précédent AFFAIRE KARIM : Diouf Sarr et Cie recadrent les avocats de Wade-Fils
Suivant Direction générale de l’Isra : Mises au point suite à la sortie de l’intersyndicale