Contribution : Barthélemy Diaz est à la recherche d’ une nouvelle crédibilité politique « BILAL CISSÉ » (COJER) KAFRINE



Il est plus facile de travailler pour la réalisation d’ambition personnelle que d’être au service de l’intérêt supérieur de la nation. Voilà qu’il nous revienne ce Barthélemy diaz, après avoir assassiné lâchement le feu Ndiaga DIOUF, déclare cette frasque plus exorbitante que les précédentes  » Guy marius est en prison parcequ’il est catholique « . M. Diaz, avec tout le respect que je te dois, tu as tout faux. Depuis quand on met quelqu’un en prison selon ses croyances religieuses. D’emblée, les charges retenues contre Guy marius n’ont rien à voir avec tes allégations fausses et mensongères. Barthélemy, si tu es si courageux comme tu le clames, fais comme Guy en attaquant un terrain militaire ne serait ce que pour lui manifester ton soutien et banaliser son acte de gangstérisme politique fou et impoli de la république. Tu le sais, vous avez un combat commun, c’est celui d’une organisation politique appartenant à l’opposition radicale non moins extrémiste. Barthélemy, tu ne le feras jamais car tu n’as pas le courage de ton incorrection débordante dont tu fais montre. Pour revenir sur ta déclaration éhontée et indigne d’un homme politique, M. Diaz, tu devra stoïquement garder son mal en patience, le peuple sénégalais est un et indivisible dans la diversité ethnique, religieuse, culturelle, politique…
Eh bien, je voudrais aussi te rappeler que le premier président de la république du sénégal de 1960 à 1981 fut catholique. Senghor fut aimé, soutenu, élu et réélu par une population musulmane dans sa majorité qui avoisine 9/10 sénégalais. De surcroît, en décembre 1962, après la tenue à Dakar d’un colloque international où Mamadou Dia tient un discours en totale contradiction avec senghor, la crise entre les deux chefs du pays atteint son paroxysme. Deux grandes alliances s’étaient dessinées au sein du pouvoir, les uns pro senghor et les autres autour de Dia sans que les convictions religieuses ne soient la logique d’adhésion. M. Diaz vous conviendrez avec moi qu’on fait la politique avec la tête et non avec le cœur. La religion n’est pas du domaine de la substance pensante car elle récuse toutes formes de contestation et de contradiction et se place par conséquent hors de toute démonstration rationnelle. En décembre 1962, après avoir accusé Mamadou Dia de tentative de coup de d’Etat, la motion de censure fût votée dans l’après-midi. Arrêté le lendemain, Mamadou Dia, fût traduit devant la haute cour de justice. Lors de son procès, qui s’est tenu du 09 au 13 mai 1963, Il compta parmi ses avocats des chrétiens comme Me Robert bidinter et des musulmans dont Me Abdoulaye wade. Mamadou Dia fut condamné lourdement, à la perpétuité. Ton crime récent contre ce jeune musulman en est une autre illustration à travers lequel tu disais  » j’ai ouvert le feu sur Ndiaga Diouf… aucun responsable du PDS ne passera la nuit… « . Et pourtant celui qui fut ton avocat est musulman non moins mouride.
Chers compatriotes, en effet, ces divergences profondes nous permettent de mieux comprendre le passé et de préparer l’avenir tout en consolidant la cohésion nationale, l’unité et la concorde malgré nos différences.

Bilal Cisse COJER/KAFFRINE
Membre de la COJER nationale

Previous ANTS: Conférence internationale sur les avancées récents des méthodes spectroscopie
Next Collectivités territoriales :La désignation du maire de Dakar,une proposition insensée et inopportune "IBRAHIMA ETHIA " président (2CD)