Contribution: Ma conception du dialogue national (Thierno Lô)

L’émission Djakaarlo me rejoint sur ma conception du Dialogue national.
Jai toujours compris et dit qu’un Président de la République, lui trouver des ennemis est une restriction pour la capitalisation de toutes les compétences dont dispose le pays. Nos institutions fonctionnent, la République continue sa marche.


Les questions politiques peuvent se régler avec le Ministère de l’intérieur, de même, les consensus ou les décisions majeures pourraient être soumis au Président de la République qui ensuite consulte son gouvernement avant de le soumettre au vote du Parlement.


Les autres questions d’intérêt national et de haute portée doivent faire l’objet de consultation avec toutes les forces vives afin de permettre au Président de la République dépositaire de la volonté populaire, de prendre les décisions opportunes au nom de l’intérêt général. Ensuite ,il faut une opposition, une societé civile et une presse libre qui servent de contrepouvoir. A présent, la véritable demande sociale est la mise en oeuvre du programme pour lequel il a été élu…

Un bon cadre de vie pour les sénégalais, un toit pour les petites bourses, un secteur privé renforcé pour réaliser les grands travaux, sédentariser nos devises, l’emploi de nos jeunes, assurer la maitrise de nos énergies afin de développer l’agriculture et créer des plus-values par
une réelle industrialisation ainsi que les mécanismes pour sa transformation. Sans oublier le développement de nos axes ferroviaires pour faire revivre nos terroirs et préserver nos routes. Dernier point, procéder à toutes les réformes et créer les mesures incitatives pour optimiser la destination Sénégal en portant un accent particulier aux secteurs fondamentaux que sont l’artisanat et le tourisme.

Thierno lo
PCA Sen-Ter
Président de la coalition ADIANA