Contribution : Mame Mbaye Niang ou l’incarnation de la médiocrité politique « Adama Diop »


 

De son trou d’où il était terré par peur d’être dératisé par une jeunesse révolutionnairement patriotique qui, sous le rythme bruissant des pas, avait battu le macadam sur le terrain rugueux de la rue, affrontant vaillamment et véhément les forces répressives d’un régime décadent honni par une furie populaire qui n’en pouvait plus des méthodes staliniennes d’une pègre d’État machinalement complotrice contre toutes voix dissidente dans la manière vilement abjecte dont elle tient les rennes de ce pays, se préoccupant plus de comment casser un opposant radicalement tenace et percutant, pertinemment clairvoyant , que de soulager leurs concitoyens éprouvés par leur incurie agissante et leur couardise déconcertante.

La montée d’un vent de nationalisme accompagné d’une déferlante patriotique fait sortir des sentiers battus des ignares politiques de l’acabit de Mame Mbaye Niang qui ne doivent leur réussite sociale qu’à force de courbettes et de pulsions gueulardes sans aucune consistance intellectuelle ni de finesse d’esprit .

Même pour faire partie de la galaxie des fonctionnaires, le népotisme y joua un rôle prépondérant dans son ascension professionnelle. Le bras long d’un padré brillant intellectuel dans une société d’aviation civile a fait le nécessaire et le reste de sa trajectoire est connue de tous. Tout le contraire d’un digne et honnête citoyen comme l’honorable Député Ousmane Sonko qu’il essaie de vilipender rageusement dans une de ses récentes malheureuses sorties médiatiques d’où cet impudent insulteur déblatère , blablate insidieusement comme un faquin qui se donne de l’importance alors qu’il est sous le coup de la vindicte populaire après s’être trempé dans une nébuleuse scandaleuse à sous de plusieurs milliards de nos francs dans un projet d’insertion et d’emploi des jeunes notamment le prodac, ce dont que nous parlons à juste titre.

L’horizon inévitable de la réédition des comptes pousse les vulgaires voleurs de son engeance à hululer contre les porteurs d’un projet prometteur pour le Sénégal inscrit sous le signe de la transparence managériale, la fin de l’impunité et la gouvernance sobre et vertueuse et non sombre et vicieuse comme ce fut leur cas d’école aperiste, establishment prébendier.

Cet insulteur intellectuellement constipé doit mettre dans sa tête que Ousmane Sonko doit sa riche trajectoire professionnelle et politique à la méritocratie et non à la médiocrité institutionnalisée qui sévit au Sénégal durant ces neufs années de magistère d’un président incapable et embêtant.

Par Adama Diop

Previous Grève des chauffeurs d’hydrocarbures : Début de pénurie à Dakar
Next Bébés morts à Linguère : Le gouverneur conduit une délégation chez les familles endeuillées