Contribution:Mamadou Mbodji Diouf « Mon Secrétaire Général ce visionnaire »

MON SECRÉTAIRE GÉNÉRAL, CE VISIONNAIRE…

Feu Ousmane Tanor Dieng nous disait qu’« on est à l’ère des grands ensembles. Aucune formation politique sérieuse ne peut gagner désormais une élection seule ». L’avenir lui a donné raison.

On entend aujourd’hui nos camarades khalifistes et ex-dissidents exclus de nos rangs, après avoir pourfendu la logique de la coalition au profit de l’option du leader-messie, revenir prôner une super coalition voire un super parti qu’ils préfèrent aux retrouvailles socialistes. Bien sûr c’est après de vaines tentatives de retrouvailles en catimini, et mêmes forcées. La mayonnaise n’a pas pris. La direction actuelle aurait été le dindon de la farce si le retour des exclus avait été accepté sans condition, après avoir refusé de reconnaître la sanction d’exclusion dont ils ont fait l’objet encore moins s’amender.

Après moult tentatives de rapprochements sans succès, et après avoir rêvé un moment de voir leur mentor assurer la succession de notre défunt SG OTD, ils se sont résolus à un retour vers Taxawu Sénégal pour en faire une super coalition qui phagocyterait le Parti socialiste. Le rêve est toujours permis. Ils donnent finalement raison à la direction du PS en justifiant notre engagement dans BBY. D’ailleurs ils ont dû être confrontés à la logique implacable de l’alliance en allant se fondre dans le Rewmi lors de la présidentielle, après des élections législatives plus que décevantes avec la coalition Manko Taxawu Sénégal. On ne quitte pas une coalition stable pour aller en créer une nouvelle après avoir fustigé le fait que le PS demeure dans BBY. Voilà une totale incohérence.

Les khalifistes ont enfin compris qu’une élection n’est pas qu’un rendez-vous entre un homme et son peuple. Elle est surtout une stratégie où le bon sens, plus que l’ambition personnelle, doit prévaloir. Ils ont compris finalement que nous du PS avons retenu comme le dit l’adage que « si le Messie frappe à ta porte et que tu es en train de planter une graine, continue ton travail, le Messie attendra ». L’électeur sénégalais a atteint un niveau de maturité politique qui fait que les messies ne sont plus attendus. Il vaut mieux co-construire un leadership collaboratif mettant à contribution le volontarisme dans la chaine hiérarchique allant du bas vers le sommet.

Finalement il est aisé de constater que nos ex-dissidents, après avoir tenté leur croc-en-jambe au mammouth et s’être fait éclopé, se cherchent encore dans le tumulte. Mais demain fera jour. On ne peut que trembloter face à leurs menaces de représailles brandies (loi du talion) contre leurs détracteurs pour un futur proche, une fois que la roue aura tourné en leur faveur. Attendez d’y être,au moins !

Mamadou Mbodji Diouf
MBA Paris-Dauphine
Membre du Bureau Politique du Parti Socialiste