Coopération SENSEC-UE : Le Sénégal se dote d’un centre national de formation de police judiciaire


 

C’est en présence du ministre des forces armées, du haut commandant de la
gendarmerie nationale et des autorités administratives, territoriales et
locales que l’on a procédé à la pose de la 1 ère pierre du Centre National de
Formation de Police Judicaire de la Gendarmerie nationale.

« Les défis engendrés par la pandémie de la Covid 19 se sont ajoutés à des menaces
transfrontalières exponentielles et aux grandes difficultés internes auxquelles sont
confrontés certains voisins du Sénégal. Notre appui à la construction d’un centre national de
formation répond à l’exigence de professionnalisme et de mise à disposition de formateurs
d’excellence et de personnels de haut niveau pour qu’ils puissent s’adapter efficacement au
contexte actuel » a déclaré Irène MINGASSON, ambassadrice de l’Union Européenne. Pour
cette dernière venu assisté à cette cérémonie de la pose de la 1 ère pierre de ce centre, ce
programme de coopération d’un budget de 10 millions d’euros regroupant le Sénégal,l’UE,la
France, l’Espagne et l’Organisation Internationale pour les migrations s’appuie sur trois
composantes la lutte contre le crime organisé et le terrorisme, le contrôle et la surveillance
des frontières et l’appui à la bonne gouvernance du secteur de la sécurité intérieure.
A cet effet, le ministre des forcées armées a pour sa part qualifié cette cérémonie comme la
vision politique du chef de l’Etat Macky SALL faisant de la formation un des axes fort du plan
stratégique de modernisation des forces armées à l’horizon2025. Célébrée en toute sobriété
en raison de la pandémie pour M.Sidiki KABA, c’est une étape décisive dans le domaine de la
formation à la police judiciaire au Sénégal. Ainsi, il a tenu à magnifier l’acte de l’Union
européenne qui a contribué pour le renforcement des capacités du personnel et la
formation continu en matière judiciaire« Il rejoint notre ambition d’améliorer l’efficience,
l’efficacité et la redevabilité de nos services de sécurité intérieures pour lutter contre les
grandes menaces »dit-il. Pour le ministre, des facteurs inquiétants dont les attaques des
organisations extrémistes violents, le trafic de drogue et d’êtres humains ainsi que la
criminalité transfrontalière sont des cercles de feux qui menacent le pays. A ce titre, le
ministre des forces armées appelle à une riposte adéquate afin de protéger les états et les
citoyens.

Previous Waxante Degge avec Abdourahmane Sow COS M23 " Pour la mémoire de nos martyrs il n 'y aura pas de troisième mandat
Next Deuil: 40éme jour de la disparition de El Haj Hamidou Diallo ex président des insuffisants rénaux