Covid-19 contribution d’un citoyen : « école et société « 


École et Société : entre rupture et nécessité de reconversion.
Dans ce contexte de covid19, je me permets de jeter un petit regard sur notre société et son école. Comme le disait l’autre, toute étude a pour finalité l’homme. Fidèle à cette idéologie, notre pays à travers sa loi d’orientation n°91-22 du 16 février 1991 (modifiée par celle n°2004-37 du 15 décembre 2004) a défini sa politique d’éducation nationale fixant ainsi ses finalités et buts.
Dans son article 1er, cette loi stipule que l’éducation nationale tend  » à préparer les conditions d’un développement intégral, assumé par la nation toute entière : elle a pour but, de former des hommes et des femmes capables de travailler efficacement à la construction du pays; elle porte un intérêt particulier aux problèmes économiques, sociaux et culturels rencontrés au Sénégal dans son effort de développement… ». Cette mission, l’école sénégalaise l’a pleinement rempli et continue à la remplir.
Que de cadres de renommée nationale et internationale formés par notre système éducatif!!!
Dommage que les acteurs de ce système notamment les enseignants soient aujourd’hui les parents pauvres de la fonction publique sénégalaise.
Par ailleurs le constat général, est que notre société semble, depuis longtemps rompre les liens qui l’unissent à son école car n’ayant plus confiance en elle.
Pour beaucoup de jeunes, le savoir ne sert plus à rien. Chaque jour, la jeunesse voit à la télé des gens qui parviennent à joindre les deux bouts de leur vie, qui ont des villas bâties à des millions, roulent avec des bagnoles de luxes, alors qu’ils n’ont qu’un seul mérite, celui d’être à côté du prince qui distribue les richesses. Les études ne sont plus importantes aux yeux de cette jeunesse qui n’a plus de modèle. Pour certains, il suffit d’être membre du parti pour accéder à des postes de responsabilité. Que de députés analphabètes, ne sachant ni lire, ni écrire en français comme en arabe.
Sur nos plateaux de TV, on nous fait la promotion d’anti-modèles. N’importe qui est invité à se prononcer sur des thèmes sociaux, politiques et économiques. Que de célébrités analphabètes et de nains intellectuels, mieux respectés et promus au détriment de savants errant dans la nature.
Les soirées et autres manifestations folkloriques organisées sont l’occasion pour certains de nos politiciens de se faire voir. Chacun montre sa générosité. On distribue à gauche et à droite des liasses. Au même moment, nos hôpitaux manquent de plateaux techniques adéquats, nos élèves étudient dans des abris provisoires, nos chercheurs peinent à obtenir des subventions ; la liste est loin d’être exhaustive.
Nous n’avons pas oublié les nombreux téléfilms antipudiques et immorales qui polluent notre vécu quotidien, de même que ces programmes durant les grandes vacances qui sapent le moral de nos enfants. Le pire est qu’on n’y voit jamais les enfants des organisateurs. Tous ces téléfilms et programmes qu’on le dise ou pas contribuent largement à la dégradation des moeurs.
N’a-t-il pas raison cet élève en classe de 4e qui, un jour me disait, je cite  » monsieur, j’ai pas besoin d’étudier, car j’ai déjà des millions dans mon compte bancaire en plus de la villa que mon papa a construite pour moi »? Il me semble avoir raison, car pour certains, la vie se limite seulement à une voiture et à une maison. C’est d’ailleur ce qui pousse beaucoup de jeunes à la migration clandestine. Une telle vie n’est-elle pas un échec?
 »Thiakhane fakhé » disent mes parents sérères. Ce infiniment petit nous le prouve une fois de plus.
L’éducation est l’arme la plus puissante pouvant transformer une société. C’est un investissement à long terme et la clé du succès moral.
Aujourd’hui, tous les yeux sont fixés sur nos valeureux scientifiques, médecins, infirmiers et personnel soignant de façon globale. Tous, nous leur avons laissé cette guerre contre un ennemi commun de surcroît invisible. Ces diambars, ne sont-ils pas formés par notre système éducatif ? Ce dernier mérite donc plus de respect et de considération.
Ce infiniment petit nous a donné une leçon et je l’espère bien après évaluation, la petite note qui sera griffonnée à côté ça sera « leçon sue ».
Les priorités, nous savons tous là où elles sont.
Allons donc à l’essentiel.
Ensemble, sauvons notre maison commune!!!
Que le Tout Puissant bénisse notre Sunugal!!!
Philippe Malick Dione Aga Biram.

Précédent Covid-19 resultats des examens virologiques 5 nouveaux cas positifs
Suivant Mollah Morgun ancien membre du group Keur-gui de Kaolack sévèrement clashé par un mélomane "il crie comme un loup chasse comme une chévre".