« Crise Éducative au Sénégal : Le Paradoxe Entre le Déficit d’Enseignants et les Candidats Rejetés au CREM »


6 octobre 2023 rédiger par Fatimata ndiaye

Le Sénégal, comme de nombreux autres pays, fait face à un défi majeur dans le secteur de l’éducation en cette année scolaire 2023. Le déficit d’enseignants est devenu une préoccupation pressante, tandis que des candidats au Concours de Recrutement Élève Maître (CREM) sont rejetés. Cette situation a suscité des interrogations et des inquiétudes parmi les acteurs de l’éducation et la population en général.

Le directeur de la formation et de la communication au ministère de l’Éducation nationale, Mamadou Moustapha Diagne, a annoncé récemment que leur département ministériel envisagerait un recrutement spécial pour combler le déficit de 8000 enseignants. Ce déficit se fait cruellement ressentir dans de nombreuses écoles sénégalaises, où les classes sont surpeuplées et l’enseignement en souffre.

Pourtant, en parallèle, des candidats au CREM sont recalés, malgré leur désir ardent de devenir enseignants. Le CREM est traditionnellement une voie d’accès à la profession enseignante au Sénégal, et le fait que des candidats qualifiés soient rejetés alors que le pays crie au déficit d’enseignants suscite des interrogations légitimes.

Dans le département de Linguéèe, par exemple, la situation est critique, avec 15 écoles menaçant de fermer leurs portes en raison du manque d’enseignants. Dans la région de Matam, ce sont les parents d’élèves qui demandent instamment un recrutement spécial pour résoudre cette crise éducative.

La question que tout le monde se pose est la suivante : où sont donc passés nos vaillants enseignants ? Pourquoi recaler ces candidats au CREM qui souhaiteraient prendre la relève dans l’enseignement au moment où on crie à un déficit criard ? Ces interrogations reflètent les préoccupations croissantes quant à la cohérence de la politique de recrutement dans le secteur de l’éducation.

Le défi qui se pose au ministère de l’Éducation nationale est de trouver un équilibre entre la nécessité urgente de combler le déficit d’enseignants et l’utilisation efficace des ressources humaines disponibles. Une réévaluation de la politique de recrutement, en tenant compte des candidats au CREM, pourrait être nécessaire pour garantir une éducation de qualité pour les générations futures du Sénégal.

En fin de compte, l’avenir de milliers d’élèves sénégalais dépend de la résolution de cette équation complexe entre le déficit d’enseignants et les aspirations de candidats qualifiés. La société sénégalaise attend avec impatience des réponses et des actions concrètes de la part des autorités éducatives pour surmonter ces défis cruciaux dans le domaine de l’éducation.

Précédent **L'Association de la Presse Culturelle du Sénégal Honorée avec le Prix Cultura pour son Engagement Exceptionnel dans la Promotion de la Culture**
Suivant Reseau Social :"TikTok au Sénégal : Des Pourparlers Cruciaux pour la Restauration de la Plateforme"