Culture: Atelier de formation sur la diversité des expressions culturelles.


La diversité des expressions culturelles au menu des discussions
Le ministre de la culture et de la communication, M. Abdoulaye DIOP a présidé ce mardi 12 novembre 2019 à l’installation officielle et l’atelier de formation de l’équipe national de rédaction du rapport quadriennal périodique pour la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Acteurs culturelles et représentant de l’UNESCO ont tenu à assister à cette cérémonie.
L’installation officielle et l’atelier de formation de l’équipe national de rédaction du rapport quadriennal périodique pour la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ont eu lieu ce matin sous la présence du ministre de la culture M. Abdoulaye DIOP. Cette équipe composée d’un groupe pluridisciplinaire d’experts de haut niveau et d’artistes dont la compétence est avérée a collecté et présenté l’information appropriée sur les mesures prises en vue de protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles sur le territoire et au niveau international. A cet effet, pour les rapports quadriennaux du cadre 2019-2020, il s’agit pour eux d’apporter un éclairage précis sur les politiques gouvernementales et territoriales ainsi que les synergies développées avec la société civile culturelle.
Mme a salué la présence des coopérations bilatérales et la contribution du gouvernement Suédois pour sa participation aux efforts du Sénégal dans le cadre de cet exercice des rapports périodiques. Selon elle, cette convention c’est faire de l’élan d’UNESCO, des artistes et des créateurs la capacité de créer, de produire, de diffuser et de profiter des biens, services et d’activités. Ceci avec l’implication des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux afin d’atteindre les principales objectifs de la convention dont : soutenir les systèmes des gouvernances durables de la culture, parvenir à un échange équilibré des biens et services et accroitre à mobiliser les astuces des professionnels de la culture, promouvoir les droits humains et la liberté fondamentale et l’égalité des genres. En plus de ses objectifs, elle souligne d’un fond international depuis 2010 pour soutenir plus de 100 projets dans 50 pays. A ce titre elle a tenu à rappeler de l’importance des industries culturelles et créatives qui génère un chiffre d’affaire annuel de 2.250 milliard à savoir le PIB du Nigéria et offre beaucoup d’emploi aux jeunes (compris entre 15 et 21 ans). En sus elle ajoute le contenu de par les contenus imaginaires, les contenus locales etc…Dans sa présentation, le ministre Abdoulaye DIOP a été bref en saluant d’abord la présence des autorités et d’invités. Pour le ministre, il convient de prendre des mesures idoines pour protéger l’espace culturel. Ainsi, il a souligné de la fierté du Sénégal d’être l’un des premiers pays à adopter cette convention en jouant un rôle fondamentale dernier.

Précédent Gamou Tivaouane 2019 : le khalife général Serigne Babacar Sy Mansour s'oppose aux nouveaux droits
Suivant MARY TEUW NIANE "la dignité de l'esprit humain bafouée"