Déchets toxiques dans les plastiques : Entre cancers, perturbations hormonales et cognitives…


Déchets toxiques dans les plastiques : Entre cancers, perturbations hormonales et cognitives...
Déchets toxiques dans les plastiques : Entre cancers, perturbations hormonales et cognitives...
Deux études révèlent la présence d’additifs chimiques toxiques et de polluants transportés par les plastiques. Ces additifs représentent de multiples menaces pour la santé humaine et sur l’environnement.
« Les plastiques représentent une menace importante pour la santé humaine et les écosystèmes, tout au long de leur cycle de vie », selon deux nouvelles études réalisées par le Réseau international pour l’élimination des polluants (en anglais Ipen) qui a travaillé avec International Pellet Watch (Ipw) et ses Ong partenaires dans 35 pays.
L’étude en question a été réalisée sur les produits chimiques dangereux et les polluants présents dans les granulés plastiques de pré-production déversés ou perdus trouvés sur les plages et les granulés plastiques recyclés achetés dans des usines de recyclage.
 
En effet, les résultats de l’étude sur les granulés recyclés sont particulièrement inquiétants pour les recycleurs de plastiques. L’auteur principal du rapport et conseillère scientifique de l’Ipen, le Dr Sara Brosché, affirme que «l’utilisation généralisée d’additifs chimiques toxiques dans les produits plastiques fait d’une grande partie des déchets plastiques recyclés une matière première inacceptable pour la fabrication de nouveaux produits. L’utilisation continue d’additifs chimiques toxiques dans les plastiques rend la plupart des plastiques utilisés aujourd’hui «non circulaires», excluant ainsi les plastiques de toute économie circulaire», mentionne l’étude.
Les dangers sur le plan sanitaire sont graves, selon le président de l’Association pour la défense de l’environnement et des consommateurs (Adec) qui a cité les études précitées. « Les effets sur la santé se manifestent par des cancers ou la modification de l’activité hormonale (connue sous le nom de perturbation endocrinienne). Ce qui peut entraîner des troubles de la reproduction, de la croissance et des troubles cognitifs.
De nombreux additifs chimiques toxiques et plusieurs autres effets connus sur la santé, sont persistants dans l’environnement et s’accumulent dans les organismes exposés » explique-t-il.
 Par ailleurs, dit-il, « face à ces périls, la communauté internationale doit se mobiliser, participer à une large concertation, afin d’encourager des formes d’utilisation plus durables des plastiques et arriver, au-delà de la gestion des déchets, à s’attaquer efficacement aux dommages et préjudices liés aux additifs chimiques toxiques contenus dans les plastiques ».
Précédent Aviation : Macky fait son bilan aérien
Suivant Dr Abdourahmane Diouf sur la situation au Mali : «L’approche punitive n’est pas la meilleure.»