Déguerpissement de Parkings Automobiles sur la VDN : le Maire de Ouakam dit non à l’Ageroute


L’édile de Ouakam Samba Bathily Diallo a tenu ce Vendredi 07 Août 2020 un point de presse à Sacré Cœur 3 Extension. L’objet de cette rencontre a été d’interpeller l’opinion publique sur les dérives de l’Ageroute qui, dans le cadre des travaux de nouveaux échangeurs sur la VDN, menace de déguerpir un bon nombre de concessionnaires automobiles installés sur ladite zone depuis belle lurette malgré leur fort impact économique sur la Commune de Ouakam.

Ces propriétaires de parkings automobiles ont récemment reçu une sommation de déguerpissement de 15 jours de la DESCOS sous ordre de l’Ageroute. Très surpris par une telle mesure, ils se sont alors vite tournés vers le Maire de Ouakam pour trouver des explications. La réaction de M. Samba Bathily Diallo ne s’est pas fait attendre. Il a d’abord écrit une lettre à l’agence concernée ainsi qu’à toutes les autorités du pays en vain. C’est par la suite que le premier magistrat ouakamois et ses équipes sont descendues sur le terrain pour dénoncer cet abus de pouvoir de l’Ageroute. Selon le Maire Samba Bahily Diallo : « Ces concessionnaires automobiles installés sur la VDN contribuent à hauteur de 22,37% des recettes de la Mairie de Ouakam. De plus, l’Ageroute n’a même pas pris le temps nous consulter avant l’envoi des sommations de déguerpissement, ce qui est tout à fait contre la loi. ». Toujours selon lui : « L’occupation de la voie publique (OVP) est du ressort de des collectivités locales et non d’une agence étatique quelque soit sa dimension. L’Ageroute n’est pas notre patron car nous sommes des élus. Nous nous opposons fermement à ces opérations de déguerpissement et continueront à défendre les intérêts de ces honnêtes citoyens qui gagnent leur vie ici et de tous les 100.000 habitants de Ouakam en général. » Pour rappel, cette initiative de l’Ageroute n’émane point du chef de l’État.

Previous DÉCÈS DE MANSOUR KAMA, PRÉSIDENT DE LA CNES
Next Covid-19 : Ces nouvelles mesures prises par l’Etat pour freiner la propagation de la maladie.