Déjeuner de l’industrie (UPIC) apte à relever les défis et enjeux des entreprises industrielles


L’Union des Prestataires des industriels et des commerçants du Sénégal a tenu une cérémonie d’ouverture du déjeuner de l’industrie ce jeudi 16 janvier 2020,c’est sous la présidence du ministre du développement Industriel et des Petites et Moyennes Industries que le président de l’UPIC a lancé son mot de bienvenue. Pour ce dernier c’est un déjeuner de l’industrie initié par l’UPIC en collaboration avec le ministère et se veut un cadre de réflexion sectorielle d’échanges sur les défis et enjeux auxquelles font face les entreprises industrielles. En effet, l’UPIC en tant que tel compte à ses actifs 120 entreprises membres réparties en 9 sections d’activités (Agroalimentaire, Matériaux de construction, Mécanique et Métallurgie, Energie et Mines, Chimie et Plastiques, Emballage, Automobile, Services et Distribution) a réalisé un chiffre d’affaires annuel de 1500 milliards de FCFA avec plus de 21.000 emplois permanents soit 18% de cotisations à l’IPRES et à la Caisse de Sécurité Sociale. Ceci avec un engagement d’un processus de redynamisation dont l’un des axes prioritaires vise le rapprochement avec les administrations concernées par le développement industriel dans le cadre du renforcement du dialogue public privé.
Le président de l’UPIC en parlant au nom des travailleurs soutient que sa structure entend renforcer cette collaboration avec le Ministère du Développement Industriel et des Petites et Moyennes Industries en organisant sous son parrainage une série de rencontres thématiques intitulées « les déjeuners de l’industrie. »Ses déjeuners ont pour objectif le renforcement du dialogue entre les membres de l’UPIC et les partenaires clés de l’industrie, la création d’un cadre convivial de dialogue et d’échanges sur les politiques et projets sectoriels ayant trait au développement industriel, le renforcement des forces de propositions des acteurs industriels de l’UPIC et le partage des publications des analyses et propositions pertinentes des experts du secteur industriel. Dans ses propos, il rappelle que le projet de la mise en place de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine(ZLECAF) lancé par les chefs d’état de l’Union Africaine en mars 2018 à Kigali au Rwanda devant aboutir à l’intégration d’une communauté économique et stimulant sensiblement le commerce intra africain constitue une étape importante du processus de facilitation des échanges à l’échelle continentale.
« Il me plait de rappeler, ici que cette intégration qui couvre un marché de 1,2 milliards d’habitants et un PIB de 2500 milliards de dollars us offre incontestablement de réelles opportunités aux entreprises avec notamment un taux de croissance des échanges commerciaux estimé à 15,5% à l’horizon 2022. » souligne t-il .