Démolition de 280 cantines du marché HLM : les commerçants accusent le maire et le promoteur


 

Dans le but d’éclaircir l’opinion publique de la situation qui prévaut actuellement au marché hlm5, plus précisément de la démolition d’une partie des cantines des commerçants, l’UNACOIS JAPPO et les commerçants du marché ont fait face à la presse ce matin.

En vue de la modernisation des marchés et sur d’autres attentes cruciales, les commerçants et industriels du marché hlm5 de Dakar sont revenus sur la problématique de la situation. En effet, le maire des hlm et ses commerçants n’ont pas encore fumé le calumet de la paix.

Si l’on tient compte des propos d’Abass Mbodji, un des victimes de la démolition de ses cantines, c’est le maire lui-même en complicité de la gendarmerie et de la police qui ont encerclé le site. Un site  abrité depuis très longtemps par des commerçants, tailleurs depuis comme le dit-il a été détruit. « Nous avons signé une convention et un cahier de charge, signé avec le maire, le promoteur et le préfet de Dakar  avec la décharge aussi à l’appui ».Selon lui, le premier bloc est de 91 cantines sur financement propre  des commerçants en 2015 avant de souligner du deuxième bloc dont le promoteur avec la complicité du maire a violé l’article 2 et 3 du cahier de charge car estimant qu’il voulait faire un deuxième étage.Ainsi,M.MBODJI,au nom de ses commerçant accuse le maire de la destruction de ses cantines sans la présence du préfet, du gouverneur, ni du sous-préfet. A ce titre, il interpelle le chef de l’état Macky Sall de cet injustice à leur endroit, surtout en cette pleine pandémie de la covid 19 « nous sommes vraiment dans le désarroi avec plus de 20 milles famille » dit-il.

Selon Yaya Kane, secrétaire général de la commission de réhabilitation du marché hlm, en même temps propriétaire de l’une des cantines détruits, soutient qu’il s’agit  seulement du « forcing » du maire. En possession d’une convention et un cahier de charge, ce dernier juge cette situation inacceptable et parlent d’une violation de l’article 2 et 3 du cahier des charges en ce qui concerne le deuxième bloc auquel ils ont reçu une assignation avant rectification et d’obtenir gain de cause. Cependant arrivant au troisième bloc, le secrétaire général affirme de l’arrêt des travaux par le maire qui par l’intermédiaire du promoteur a soutenu la construction d’un deuxième étage pour son propre compte. Au total, 280 cantines ont été démolies par le maire et le promoteur. Même s’ils ont reçus une sommation de tous les jours, ses commerçants comptent saisir la justice face à cette problématique qui pèse sur eux.

Previous Entretien exclusif avec M Oumar Samb directeur de l'évaluation des projets au ministère de la femme de la famille du genre et la protection des enfants
Next Société : "MOI, SIMPLE CITOYEN LAMBDA" Mamadou Diallo, Infirmier Chef de Poste (ICP) à l'infirmerie de la Cité Avion à Ouakam, Dakar.