DEV BOSSEA :Un projet pour le développement des communes Agnam,oréfondé,Dabia et Thilogne.



Le GIC BOSSEA a signé une convention de financement avec une entreprise Italienne ce lundi 09 décembre 2019.Cette rencontre présidée par le ministre chargée du PSE en présence du représentant du ministre des collectivités territoriales, du développement et de l’aménagement des territoires a permis d’échanger avec les autorités italiennes.


Le groupement d’intérêt communautaire(GIC) du BOSSEA et l’entreprise italienne OWAC ont procédé cette signature de convention pour la mise en œuvre du projet Sénégal DEV. Axé sur l’économie circulaire, ce projet regroupe les communes d’Agnam, Dabia, Oréfondé, Thilogne. Le ministre en charge du Plan Sénégal Emergent M. Cheikh KANTE à présidé cette cérémonie de signature de convention entre le GIC BOSSEA et OWAC.Ce projet Sénégal DEV vise à booster les secteurs ciblés comme l’agriculture, l’agro-alimentaire, l’élevage, la pêche, l’éducation, la santé, la construction etc…Selon Yaya Abdoul KANE en parlant sous la casquette du maire de Dabia, ce projet regroupe les communautés de Agnam, Dabia, Oréfondé, Thilogne. Dans son allocution, il affirme que ses collectivités peuvent entreprendre par des actions de coopération entre elles avec l’état mais aussi des actions de développement .Ce cout du projet estimé à 1,2 milliard de dollars est un projet soutenu à fort impact social. Ainsi Yaya Abdoul KANE estime que le GIC de BOSSEA a été créé en 2011 « Nous avons mis l’accent dans le cadre des GIC, nous avons conçu un programme de développement qui couvre surtout le secteur agricole et l’environnement » dit-il. Pour ce dernier cela se justifie par le fait des changements climatiques que subit la région de Matam avec un bouleversement du système de production traditionnel.
Partant de là il évoque le problème de l’immigration en ses propos « Aujourd’hui, nous avons fait un lien entre la problématique de l’immigration clandestine et la déconstruction de ses écosystèmes qui ont fait que les populations n’ont plus de choix pour rester sur place puisque l’agriculture irriguée est tombée en désuétude et l’irrigation ne parvient pas à satisfaire les populations en matière d’hydro-agricole. »Pour le volet environnement, le ministre déclare qu’un partenariat a été noué avec la région de sardine en Italie « nous avons conçu un projet pour un cout de 500 millions de FCFA » avec l’inclusion d’un système de reboisement. Au-delà des infrastructures qui seront réalisés avec ce projet, il renseigne d’une création d’emploi direct et indirect car dans les termes de convention, les entreprises qui seront sélectionné ont l’obligation de contracter avec des entreprises nationales mais également d’utiliser la main d’œuvre locale disponible en fonction des besoins qui seront nécessaire dans le cadre de l’exécution du projet.

Previous (PENSOR ):ARONA COUMBA NDOFFENE Donne des Pensions aux retraités de la commune de biscuiterie
Next Société : le syndicat unitaire des travailleurs du trésor SUTT pour une bonne réorganisation de la DGCPT