DÉVELOPPEMENT DE L’IRRIGATION Le MAER lance le projet PARIIS


 

La cérémonie de lancement du projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel (PARIIS) s’est tenue, ce jeudi, à Dakar. Il s’agit d’un projet du Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural (MAER) soutenu par la Banque Mondiale et qui entre dans le cadre du développement de l’irrigation au Sénégal, notamment pour revitaliser l’agriculture irriguée et lui permettre de jouer un rôle moteur de développement agricole dans six pays du Sahel (Sénégal, Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger, Tchad).
Cette initiative vise à accroître le rythme et la qualité des investissements dans l’agriculture irriguée sur la base d’une approche participative de développement de « solutions » adaptées.

Au Sénégal, le PARIIS travaille essentiellement sur la mobilisation des eaux pluviales et des eaux de crue, et met en place des aménagements hydro agricoles de petite et moyenne taille gérés par les communautés villageoises (PIV). Ledit projet connait trois (3) zones d’intervention prioritaires (ZIP) : La vallée du Fleuve Sénégal (ZIP A) avec la SAED (Saint-Louis, Matam, Bakel), la région naturelle de Casamance (ZIP B) avec la SODAGRI (Ziguinchor, Sédhiou, Kolda), Bassin arachidier (ZIP C) avec la DBRLA et l’ANIDA (Thiès, Fatick, Kaolack, Diourbel et Kaffrine)

C’était l’occasion pour le coordonnateur National au PARIIS, Aly Sané, de revenir sur les tenants du projet qui consiste avant tout à mettre en place des cadres de concertation, d’échanges et surtout de partage de connaissances. « Nous avons constaté qu’il y a un maillon manquant dans le processus de mise en oeuvre et ce maillon c’est le déficit de synergie. C’est dans cette dynamique que le PARIIS a voulu faciliter la mise en place de ce cadre national qui réunit tous les acteurs issus du sous secteur de l’irrigation », a soutenu le coordonateur national.
Par ailleurs, il ne manquera pas de saluer les efforts consentis par l’Etat du Sénégal dans l’agriculture par rapport aux équipements dans les réseaux d’irrigation qui permettront au delà de la saison des pluies de continuer à produire.

Previous RENFORCEMENT DES MOYENS DE LUTTE CONTRE LA COVID
Next Réforme du travail: le SICTRASS et le GIZ pour la création d'emplois décents au Sénégal