Economie 200 micro entreprises vont bénéficier d’un programme de relance d’un montant d’un milliard 300 millions de francs CFA


La ministre du Commerce et des Petites et moyennes entreprises, Aminata Assome Diatta a procédé, lundi, au lancement du Programme de résilience et de relance des microentreprises et des petites et moyennes entreprises au Sénégal (P2R) destiné à soutenir 200 entreprises impactées par le Covid-19 et d’amorcer une relance rapide et durable pour un montant d’un milliard 300 millions de francs CFA.
Le Covid 19 n’a épargné aucun secteur de la vie. Le Sénégal aussi n’ a pas échappé à cette vague. Pour aider les entreprises a se relancer et à retrouver leur rythme de productivité, un Programme de relance économique et social (PRES), dans le cadre du Fonds Force Covid-19 doté d’un montant de 1 000 dollars avait été mis en place. Les entreprises aussi n’ont pas été laissées en rade. C’est dans ce cadre que l’Union européenne a décidé de soutenir le Sénégal dans son projet de relance des microentreprises. Avec son ambassadrice Irène Mingasson, la ministre Aminata Assome Diatta a lancé le Programme de résilience et de relance des microentreprises et des petites et moyennes entreprises (P2R), hier. « Nous lançons ce programme important qui va accompagner 200 microentreprises pour les aider à relancer leurs activités et à préserver leurs emplois », a dit la ministre Aminata Assome Diatta lors de cette cérémonie de lancement. Selon elle, ce programme, dans sa première phase, va durer trois ans (2021-2024) pour un financement d’un milliard 300 millions de francs CFA, soit 2 millions d’euros de l’Union européenne. Aminata Assome Diatta a fait savoir que sur les 200 microentreprises sélectionnées, les 30% sont dirigées par des femmes et 20% par des jeunes. « Cela s’explique par la vulnérabilité de ces deux groupes qui méritent d’être accompagnés afin de leur permettre de se relancer et d’améliorer leur productivité », a déclaré Aminata Assome Diatta. Pour cette première phase, la ministre a aussi précisé que les secteurs prioritaires ciblés sont l’hébergement et la restauration, les transports, la pêche et la pisciculture, l’industrie pharmaceutique et agro-alimentaire.

Previous Criminalisation du viol et de la pédophilie: l'Association des Juristes du Sénégal appelle à l'appropriation
Next Innovation: La Ville de Dakar lance un système d'information géographique