Economie Lancement de « Wecco Entreprendre » pour une mobilité entrepreneuriale sénégalo-belge


Un projet de mobilité entrepreneuriale dont l’ambition est d’amener des entreprises basées en Belgique à nouer des contacts avec des entrepreneures sénégalaises jugées innovantes, en vue d’éventuels partenariats et activités commerciales, a été lancé mardi, à Dakar.

Dénommé « Wecco Entreprendre », il vise à offrir des possibilités de mobilité temporaire et circulaire vers la Belgique à des nano, micro et petits entrepreneurs sénégalais. « Ce projet va permettre à des entreprises basées en Belgique de nouer des contacts avec des entrepreneures sénégalaises innovantes en vue d’éventuels partenariats et activités commerciales », a expliqué Sammy Mahdy, secrétaire d’Etat belge à l’asile et la migration. « Wecco Entreprendre » se veut un projet exemplaire, qui cherche à démontrer que « la migration peut être une réussite et peut renforcer tout le monde », a-t-il dit lors de la cérémonie de lancement de la phase pilote de cette initiative. D’une durée estimée à 30 mois (2021-2024), ce projet-pilote est financé par l’Union européenne et le Centre international pour la migration et le développement (ICMPD), à hauteur de 2, 5 millions d’euros, soit quelque 1, 7 milliard de francs CFA, en vue de contribuer au dialogue sur la gouvernance de la migration entre le Sénégal et la Belgique. Il sera doit exécuté par l’agence belge de développement (Enabel), en charge de l’exécution de la coopération du gouvernementale belge. « Wecco Entreprendre » compte tester « une approche innovante » de la mobilité temporaire pour les opérateurs économiques sénégalais et belges. Selon le secrétaire d’Etat belge à l’asile et la migration, ce projet soutient aussi le dialogue et les partenariats durables entre acteurs publics et privés sénégalais et belges impliqués dans la mobilité professionnelle, sur la base de cette expérience pilote. Le secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’extérieur, Moise Sarr, a de son côté indiqué que « Wecco Entreprendre » devrait aider à mobiliser la diaspora ouest africaine pour des investissements au Sénégal. « Le but est de soutenir l’entreprenariat sénégalais et de favoriser les investissements au Sénégal », a-t-il soutenu, précisant que ce projet va offrir des opportunités professionnelles aux entrepreneurs sénégalais dans le cadre d’un dispositif dédié. Il est attendu, avec ce projet, un parcours d’échange et d’apprentissage en Belgique et au Sénégal. « Au total, 60 entrepreneurs sénégalais et/ou leur personnel seront choisis pour un parcours d’échange et d’apprentissage en Belgique. 60 autres basés en Belgique seront identifiés et impliqués dans le même parcours. Pour la diaspora, 10 entreprises identifiées vont être impliquées dans le même processus », a expliqué le chef du projet, François Faye.

Previous Tribunal :suspension des audiences pour cause de non paiement d'indemnités
Next Professeur Moustapha Kassé, économiste « La bataille des idées est le meilleur des combats