Élargissement de détenus / Me Aïssata Tall Sall précise: « l’État du Sénégal est dans une dynamique de pacification de l’espace public. »


Élargissement de détenus / Me Aïssata Tall Sall précise: « l'État du Sénégal est dans une dynamique de pacification de l'espace public. »
Élargissement de détenus / Me Aïssata Tall Sall précise: « l'État du Sénégal est dans une dynamique de pacification de l'espace public. »

Le Garde des Sceaux Me Aïssata Tall Sall a fait face à la presse pour une séance de communication avec l’ensemble des services du ministère. L’objectif était d’apporter des éclairages sur l’activité judiciaire de ces derniers jours notamment marquée par la libération des détenus dits « politiques ».

Prenant la parole en première, Me Aïssata Tall Sall rappelle qu’à son arrivée à la tête du ministère, c’est la première fois qu’elle se livre à cet exercice. Elle aborde le contexte, qui, estime-t-elle , montre un Sénégal, qui se trouve dans un moment politique intense et d’incompréhension. « Le Sénégal doit se choisir un Président de la République. Nous avons eu une scène politique agitée. Elle a failli porter atteinte à notre stabilité sociale ». Au passage, le garde des sceaux précise que le président de la république sait que « la stabilité devrait être sauvegardée ». « Il a décidé de me donner des instructions afin de pacifier l’espace public. Cela vient conforter ce que nous étions en train de faire.

Ce qui m’a toujours importé : « désengorger les prisons et lutter contre les longues détentions » a de plus, soutenu Me Aïssata Tall Sall. Elle rappellera en se félicitant encore, de la conférence des parquets organisée en décembre dernier qui est une illustration du travail dans l’application de la politique pénale définie par le Président Macky Sall. « Ce que le Président nous a demandé de faire, nous y étions déjà. Bien avant ces libérations que vous avez déjà constaté, nous avons été sur cette cadence. La volonté d’apaiser l’espace public est bien ancienne. Elle date cependant de façon solennelle, lors de la déclaration du Président en conseil des ministres » conclut-elle à ce propos.

Précédent Souleymane Ndiaye, secrétaire général de S2D : « Il est impossible de tenir la présidentielle avant le 2 Avril 2024 ».
Suivant PDS / Mayoro Faye : « La reprise du processus électoral n’est pas négociable »