Élections Locales de 2022: WATHI et la Fondation Konrad Adenauer soulignent les enjeux d’un scrutin controversé


Élections Locales de 2022: WATHI et la Fondation Konrad Adenauer soulignent les enjeux d'un scrutin controversé
Élections Locales de 2022: WATHI et la Fondation Konrad Adenauer soulignent les enjeux d'un scrutin controversé

WATHI Think Thank Citoyen et la Fondation Konrad Adenauer ont organisé ce Jeudi 09 Décembre 2021 une Table Ronde sur les enjeux des prochaines élections locales du 23 Janvier 2022. En présence de M. Gilles Yabi, président du Wathi, de Mme Caroline Hauptmann, représentante résidente de la Fondation Konrad Adenauer au Sénégal, les panélistes, à savoir M. Mamadou Seck, expert sur les questions électorales, Mme Oumy Cantome Sarr, experte en genre et droits de l’Homme (membre de la société civile) et M. Jean Charles Biagui, maître de conférence assimilé en sciences politiques, ont abordé les principaux déterminants du prochain scrutin municipal au Sénégal sous la modération de M. Babacar Ndiaye, responsable des publications à WATHI. 

Les élections locales du 23 Janvier 2022 s’annoncent très disputées. Les querelles de positionnement dans les coalitions couplées aux candidatures contestées continuent de créer des tensions sur le landerneau politique. Face à cela et dans leur dynamique de construction de sociétés apaisées, fortes et démocratiques et de raffermissement des liens entre les citoyens du monde en général, WATHI et la Fondation Konrad Adenauer ont jugé nécessaire d’alerter l’opinion publique sur les enjeux de ces échéances électorales.

Initialement prévues en 2019, les élections locales ont subi moult reports. M. Mamadou Seck, expert sur les questions électorales qualifie ces différés de « stratégies purement politiciennes, antidémocratiques et non conformes au code électoral qu’utilisent les coalitions au pouvoir pour prolonger leurs mandats . » M. Seck estime également que « le régime présidentiel de notre pays accorde beaucoup trop de privilèges au Président de la République qui peut se permettre de reporter élections locales à tout moment et en sa faveur. » 

Par ailleurs, le code électoral sénégalais a subi une trentaine de réformes depuis les indépendances, ce qui le rend particulièrement instable. Experte en genre et droits de l’Homme, Mme Oumy Cantome Sarr pense que « les populations doivent être accompagnées dans le choix de leurs élus locaux et mieux informées sur les modifications du code électoral mais également du rôle des institutions municipales. »

À l’image de toutes les autres élections du Sénégal, le scrutin local n’échappe pas aux séries de violences entre leaders politiques. Comme principaux vecteurs de ce fléau, M. Jean Charles Biagui, maître de conférences assimilé en sciences politiques, indexe « une socialisation politique par la violence depuis notre accession à la souveraineté, une culture politique de la violence, une faiblesse institutionnelle et l’impunité. » À cela s’ajoutent « le chômage des jeunes, le sous-emploi et la pauvreté » souligne M. Biagui.

Les panélistes ont également évoqué « l’absence de programmes de développement au sein des coalitions souvent constituées d’alliances contradictoires entre libéraux, socialistes, gauchistes, centristes entre autres ». Ils ont également invité les administrés à prendre conscience de la portée de leurs voix électorales et « imposer aux candidats de fournir de vrais projets de société ouverts au débat public et non des séries de mesures multisectorielles. »

Pour rappel, WATHI et la Fondation Konrad Adenauer ont également lancé le même jour l’initiative Sénégal Politique, plateforme web de promotion des initiatives locales dans les 14 régions du Sénégal. Fruit du partenariat entre les deux structures, c’est un site internet sur lequel sont publiés des entretiens sonores (podcasts) avec des acteurs porteurs d’innovations multisectorielles pour leurs localités respectives.

Previous Couverture téléphonique et réseaux mobiles sur l'étendue du territoire L'ARTP décèle une mauvaise qualité de la couverture réseau
Next La Directrice générale du FMI en visite à Dakar