Et si Dakar Dem Dikk nous était conté « Patrimoine national »


Belle accroche mais qui ne dit pas son nom, en effet avec la survenue de l’Alternance 2 la Société Nationale de transport DDD a aussi fait sa mue comprenez par un changement de Direction ce qui est tout à fait normal, aperisation de ses couleurs, chose anormale, renouvellement du Parc automobile avec l’arrivée de plusieurs nouveaux bus e de notre « Patrimoine National » et cerise sur le gâteau une nouvelle accroche pour ne pas dire un nouveau slogan à savoir « Patrimoine national ».
Toutefois il urge de se poser la question de savoir que devrait on entendre ou comprendre par « Patrimoine National ». Eh bien si pour les uns c’est un « Bien commun » pour les autres c’est un « Bien étatique » donc un outil du contribuable sénégalais donc à sauvegarder mais force est de constater que ce bien commun ne répond plus aux aspirations des citoyens sénégalais. En effet avec l’arrivée à la tête de la Direction du désormais Ministre Adama Diop jusqu’à celle de Me Mamadou Diop (excusez la répétition du Nm Diop), beaucoup d’efforts ont été consentis même s’il reste à faire à en croire certains syndicalistes de la trempe de Mamdou Goudiaby (justement quand est ce qu’il ira à la retraite), des bus flambant neufs , le port obligatoire de la tenue par les chauffeurs, receveurs et contrôleurs et le tour est joué il fallait se mettre au travail malheureusement on assiste à la mort précipitée de notre « Patrimoine National » par des bus caillassés (la faute aux étudiants me dirait-on), les Radios en mode off, les ventilos n’en parlons pas, des glissières qui ont rendu l’âme, l’état crasseux des bus visible à l’œil nu, l’arrogance des receveurs, des chauffards recrutés pour satisfaire une clientèle politique qui roulent comme ils veulent ignorant l’arrêt d’un bus DDD à celui d’un bus TATA, le retard accusé dans le trafic, le combat déloyal mené envers les TATA par la grâce de ce qu’ils appellent « Navette » même si chacun voudrait y trouver son compte, bref un arsenal de manquements qui risquent de plomber les ailes du « Patrimoine National ».
Les chauffeurs tout comme les receveurs n’ont pas pour vocation de nettoyer des bus sachant qu’ils sont mal entretenus, pensons qu’il serait plus judicieux d’ériger un département en charge de la question au sein de la Société ou travailler en joinventure avec des Société Privées de la place, même si par ailleurs l’on nous signale qu’il existe bel et bien ce secteur au sein de DDD mais on ne le sent pas. Aujourd’hui il est difficile faire la différence entre le chauffeur du receveur dans un bus et la raison est toute simple pas ou plus de tenues pour une Société institutionnelle, quoi de plus désolant.
Il nous est arrivé de prendre le 217 en direction des Almadies et tenez-vous bien là où on payait le prix de 175 fcfa au départ le receveur nous a réclamé la somme de 200 FCFA.
il aurait été plus juste de communiquer là-dessus mais rien n y fit. Les bus par occasion sont utilisés à des fins politiques et pourtant on parle de « Patrimoine National ». Et que dire alors du Beige/ Marron comme si ces bus appartenaient ç l’APR. C’est pour dire que les gens se trompent et souvent du coup menant les populations en bateau car l’on a voulu les faire croire que les bus sous Me Wade portaient les couleurs du PDS ce qui est archi faux c’était plutôt des couleurs du drapeau national de la Belgique mais bon au Sénégal 69% de la population est analphabète encore que quand on va jusqu’ au CM2 on le demeure, ça devient un jeu d’enfant pour jouer sur la conscience du citoyen lambda. Plus d’une centaine de bus dorment dans les garages faute de pièces de rechange à défaut d’une garantie.
Il arrive souvent que des tiers s’interrogent sur l’utilité ou non des bus qui assurent la desserte Dkr/AIBD, les taxis bio à cela s’ajoute notre fameux TER qui au finish devait nous coûter prés de deux mille milliards selon certains experts. Autant de tâtonnements sur le dos les sénégalais qui pourtant ont voté pour un taux de 55,7% en faveur du régime en place.
A nos chers gouvernants arrêtez le Harakiri.
A nos chers gouvernés soyons la fièvre et évitons de casser le thermomètre.
Jacob BAMBA

e,