Évaluation du MESSPE: les acteurs de la protection de l’enfant appellent l’État du Sénégal à une meilleure prise en charge budgétaire


Évaluation du MESSPE: les acteurs de la protection de l'enfant appellent l'État du Sénégal à une meilleure prise en charge budgétaire
Évaluation du MESSPE: les acteurs de la protection de l'enfant appellent l'État du Sénégal à une meilleure prise en charge budgétaire
Le consortium Samu Social Sénégal, le Plan International Sénégal et l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO) ont tenu, ce Jeudi 24 Février 2022 à Dakar, un séminaire de restitution du rapport du projet Mobilisation et Engagement de la Société Sénégalaise pour la Protection de l’Enfant (MESSPE). Après avoir partagé le bilan général de mise en œuvre du projet avec les acteurs de la protection de l’enfant et les productions documentaires phares du projet, les séminaristes ont invité l’État du Sénégal à «revoir à la hausse le budget alloué à la protection de l’enfant.»
Lancé depuis Mars 2019 par Samu Social Sénégal, le Plan International Sénégal et l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO), le projet Mobilisation et Engagement de la Société Sénégalaise pour la Protection de l’Enfant (MESSPE) a été déroulé en trois ans avec l’appui financier de l’Union Européenne. Le MESSPE vise l’éradication de la violation des droits de l’enfant par le biais de la protection et de la promotion des privilèges de la couche infantile mais également de la mise en oeuvre de la Stratégie Nationale de Protection de l’Enfant (SNPE).
Ainsi, des campagnes de sensibilisation des parents, jeunes, leaders communautaires, organisations communautaires de base, organisations de la société civile et médias ont été menées par le MESSPE dans 7 régions (Diourbel, Fatick, Kaolack, Kaffrine, Kédougou, Kolda et Sédhiou) et plus précisemment dans 14 communes du Senégal (Lambaye, Keur Samba Kane, Niakhar, Ngayokhème, Ndramé Escale, Médina Sabakh, Sagna, Malem Hodar, Kédougou, Tomboronkoto, Niaming, Badion, Djirédji et Samé Kanté Peulh). Tout ceci dans l’optique de prévenir les violences, abus, exploitations, et négligences à l’égard des enfants.
Globalement satisfaits du bon déroulement des activités de sensibilisation régionales, les acteurs du MESSPE suggère toutefois l’État du Sénégal de «renforcer les ressources financières allouées à la Protection de l’Enfant dans le budget national.»
Previous Inauguration du Stade Abdoulaye Wade Du spectacle haut en couleur et un match de prestige au menu
Next 200m2 attribués aux lions: Le Collectif des lébous exige la restitution des terrains