Fête de la musique : Longue vie au roi du Yéla, Baba MALL , une prière bien du Fouta


Aujourd’hui 21 juin comme chaque année le monde célèbre la fête de la
musique. Une fête lancée pour la première fois en 1982 en France sous l’égide
de Jack LANK ministre français de la culture d’alors. Cet événement est une
grande manifestation populaire qui permettra à tous les musiciens de
s’exprimer et de se faire connaitre. Au Sénégal, chaque année c’est une série
de concerts qui s’organise à Dakar et un peu partout dans le pays. Le contexte
de cette année est très particulier où les spectacles sont interdits au cause de la
pandémie de la COVID 19.

La musique, un aspect de la culture véhicule celle-ci et les musiciens
demeurent des ambassadeurs incontestés de la culture. Le Fouta du coté du
département de Podor regorge de talents qui pour la plupart peine à vivre de
leur art. A l’image des musiciens des autres localités du pays, ils ont en tête
qu’il faut aller à Dakar pour se promouvoir et monnayer leur talent .Mais
quelques musiciens –chanteurs qui ont opté de rester et faire vivre de leur art
au prix parfois de vivre modestement. Ce sont des musiciens qui animent en
grande partie des cérémonies familiales (baptême , mariages) , des veillées
culturelles avec des instrumentistes comme Amadou Baguel (tam-tam) ,Siléye
Hoguéré ,Ousmane Singué , Amadou Athiel ( hoddu , xalam en wolof ), Boubou
kalidou (bouba ou tama ) ou des concerts à cachet modeste avec des groupes
Gomou Pinal de Walaldé . Leur génie et leur maitrise des instruments
traditionnels sont incontestables. Le département connait l’exode de ses plus
grands musiciens comme s’ils ont appris des erreurs des autres restés au
Fouta et sont morts sans vivre de leur art malgré leur immense talent. Le
groupe Ngatamaré n’en est il pas la parfaite illustration à coté d’autres
artistes – musiciens qui travaillent en solo.
Si la musique est l’affaire d’instrumentalistes ; les populations de Podor et le
Fouta entier, en cette journée où la musique est fêtée ; ont une pensée pieuse
à Baba MALL instrumentaliste et chanteur. Deux compétences que le fils du
terroir a que les chanteurs de sa génération et l’actuelle continuent d’admirer.
Il représente pour ces populations un porte- flambeau qui a montré les
différentes facettes de leur culture, lui-même qui dès le début de sa carrière
s’est autoproclamé la voix du peuple en nommant son groupe Ndandé Lénol .Si

c’est tout le peuple Pulaar qui se vante d’avoir ce musicien qui porte sa culture
avec l’accoutrement des membres du groupe , les instruments traditionnels et
les scènes, ce sont les habitants du département de Podor qui se glorifient le
plus de celui qui est devenu une figure emblématique de la scène musicale
sénégalaise .Outre sa fonction d’ambassadeur ,le musicien natif de Douwayra (
appellation pulaar de la ville de Podor) et sa musique sont des compagnons
des fils du Fouta à l’intérieur comme à l’extérieur du pays et leur permet de
surmonter le mal du pays et de rester attachés au royaume d’enfance .
Souhaiter longue vie à Baba MALL est une prière quotidienne car pour ces
populations, le frère de Amet MALL a fait vibrer le public dans les quatre coins
du monde avec la musique traditionnelle de son Fouta natal. Mieux avec sa
musique, El Hadj MALL a fait découvrir le Fouta indirectement et directement.
On ne peut pas compter le nombre de touristes et d’artistes internationaux
qui ont séjourné dans cette localité grâce au festival « LES BLUES DU FLEUVE ».
L’artiste est aussi dans le social ; on ne sait pas combien de concerts ont été
joués par le Ndandé Lénol et dont toutes les ristournes ont été versées aux
organisateurs pour la construction de salles de classes , de postes de santé , de
forages et pour le financement de projet .Conscient de sa fonction de leader
d’opinion et d’acteur de développement, le mouvement NAN K porté sur les
fonds baptismaux avec ses projets est venu pour rehausser le niveau de vie
surtout des populations de la vallées .L’intellectuel de la musique sénégalaise
comme le nommait un autre digne fils du département , Tidiane ANNE ne
cesse de prouver que la culture est au début et à la fin de tout développement .
En ce jour de fête de la musique en pleine pandémie de la COVID 19 où Baba
MALL a contribué financièrement et musicalement, les populations souhaitent
à ce musicien hors pair longue vie car comme disent les Halpular sa vie est
pleine de sens et d’utilité.
H . NIANG , Correspondant Podor

Previous Adama Gaye: de Faidherbe à Macron et consorts
Next Covid-19: 500 jeunes volontaires vont sillonner les plages pour faire respecter les gestes barrières