Gestion de carrière:Claude Moïse Dembélé a exposé les solutions


Un patron d’entreprise donne les solutions pour la réussite d’une carrière professionnelle
C’est dans un livre que l’ingénieur en Génie civil Claude Moïse Dembélé a exposé les solutions pour tous les problèmes liés à la gestion de la carrière professionnelle. Il y a detaillé les difficultés que peuvent être confrontées l’individu dans son lieu de travail, mais aussi la religion, la famille ou encore l’entreprenariat individuel.
L’ingénieur en Génie civil et patron du bureau d’études ProConseil, Claude Moïse Dembélé a, dans un livre livré les secrets d’une bonne carrière professionnelle. Divisé en plusieurs chapitres, l’auteur qui a eu à gérer plusieurs chantiers d’aménagements dans le nord du pays, notamment à Ndioul, Aéré Lao, Casacas. Dans la partie concernant le travailleur et la famille, Dembélé parle du retour sur investissement souvent évoqué dans certaines familles. “C’est vrai que la famille paie beaucoup d’argent pour la scolarité de l’enfant pendant plusieurs années qui peuvent aller jusqu’à 15, 20 ans, mais on ne doit pas attendre de lui la réussite. Car, le retour sur investissement empoisonne la carrière de la vie du salarié”, a dit Claude Dembélé, samedi lors de la présentation de son livre intitulé: “Eléments et perspectives pour la réussite d’une carrière professionnelle: Gestion d’un plan de carrière”. Le patron du bureau d’étude ProConseils pense que ces familles qui reclament du retour sur investissement sont toxiques en empoisonnant la vie du salarié. Sur ce cas, le salarié, d’après Dembélé va se laisser aller et dire qu’il va rester dans le système et mettre de côté la réussite, car tout le monde est tiré vers le bas. Cette situation crée des difficultés. Sur un autre chapitre, celui qui dit avoir fermé sa première entreprise faute de moyens a soulevé la dualité entre travail et religion. “Nous avons beaucoup de cas où des employés ont sacrifié leur carrière pour les besoins de la religion, pour après venir se plaindre et dire qu’ils y trouvent pas leur compte. Ce sont des choix”, a fait savoir l’ancien de Eiffage. Dans le livre, il évoque carrière individuelle, en expliquant que le jeune diplômé ne doit pas seulement penser à un travail salarié. Il soutient que les diplômés doivent aussi penser à la création d’entreprise. Il regrette cependant que des moyens et des documents ne soient pas à la disposition des jeunes sortant pour créer une entreprise. Il a cité son exemple quand il a créé sa première entreprise.
“Je le rendu compte que j’etais incapable de réaliser un chantier à 100 millions que j’avais gagné”
Dembélé se rappelle qu’il est parti sur des chapeaux de roue avec des marchés de dix millions. “Mais, une fois qu’on ma dit que j’ai gagné un marché de 100 millions, j’étais heureux, avant de me rendre compte que jetais incapable de réaliser ce marché. Il me fallait une garantie bancaire, ce qui a fait que j’ai déclaré faillite après la fin du chantier”, s’est souvenu l’auteur. Pour lui, il est important que les jeunes soient informés et renseignés de tout pour savoir comment monter une société. L’ingénieur pense que la confiance en soi et le resalisme doivent faire toujours éviter aux salariés de remettre au lendemain ce qu’on doit faire aujourd’hui. Il soutient que dans une entreprise, il faut faire chaque chose en son temps et bien là réaliser. Dembélé justifie la rédaction de ce livre par ses expériences vécues au sein des entreprises qu’il a fréquentées, les stages qu’il a dirigés, ainsi que les mémoires, sans oublier les divers entretiens d’embauche. Sur ce point, il se rappelle avoir fait changer d’avis des gens qui voulaient quitter une entreprise pour une autre. “Je disais à ces gens que toute les entreprises se valent, tout en leur demandant leur valeur et ce qu’ils peuvent apporter à l’entreprise. Car, l’élément important n’est pas ce que l’entreprise paie au salarié, mais c’est de dire qu’est ce que l’employé peut apporter à la société, parce que celle-ci ne pourra me payer que de la résultante de ce qui le salarié lui apporte, au cas contraire elle ne pourra jamais me payer”, expliqué cet ancien collaborateur de la Société d’aménagementet d’exploitation des terres du Delta du fleuve Sénégal et de la Faléleme (SAED) sous la direction d’Aboubakry Sow. Ce livre de 345 pages est édité par Harmattan Sénégal. L’auteur en est à son troisième livre.

 

Previous Aéroport Léopold Senghor : 300 terrains vendus, 26 milliards récoltés
Next Digitalisation, commerce, innovation, participation à l’économie Les ports d’Afrique de l’Ouest et du Centre appelés à changer de paradigmes