Intorregations autour de la grève du ( SYJUST)


Qu’est ce qui se cache derrière la grève du Syjust ? Cette question mérite d’être posée notamment par ceux qui, dans le milieu judiciaire, suivent de très près ce mouvement d’humeur. Aya Boun Malick Diop et Cie dénoncent un refus du Garde des Sceaux de les recevoir, alors qu’ils savent pertinemment que l’ouverture et la concertation sont au cœur des actions qu’entreprend Me Malick Sall depuis son arrivée à la tête de ce département. Pour preuve, le ministre a toujours accompagné les partenaires sociaux y compris le Sytjust. La participation de la chancellerie lors de son dernier congrès en est une illustration éloquente.

Contrairement à ce que raconte Aya, le Garde des Sceaux n’a jamais refusé de recevoir le Sytjust. Le bureau du Sytjust n’a pas daigné demandé à être reçu par le ministre, préférant investir les médias. Le Garde des Sceaux est un homme ouvert. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, il a reçu l’Union nationale des travailleurs de la Justice (Untj), à sa demande. Cette audience qui a tourné autour des questions qui interpellent le service public de la justice s’est déroulée dans d’excellentes conditions. Des proches du Garde des Sceaux soutiennent que Me Sall acceptera sans condition de recevoir le bureau du Sytjust s’il en formule la demande.La propension à sillonner les médias alors qu’il est possible de trouver des plages de convergence avec la chancellerie suscite beaucoup d’interrogations sur les motivations réelles du Sg du Sytjust. Cette interrogation est d’ailleurs légitimée par les dispositions prises depuis son arrivée pour appliquer le protocole d’accords signé avec le gouvernement. Une commission tripartite a été mise en place pour mettre à jour les textes afin régler la question des primes et des fonds communs. Elle était composée de la Dage, du ministère de l’économie et des finances et du Sytjust. Les travaux de cette commission qui se sont déroulées dans de bonnes conditions. Ils ont été suivis d’une réunion de la cellule juridique du ministère pour le toilettage des textes. C’est au moment de la finalisation de ce travail que le Sytjust, à la surprise générale, a entamé ce mouvement d’humeur.

Previous Société: Haute tension aux grands moulins de Dakar entre travailleurs et l'administration
Next Côte d’Ivoire: Cumulonimbus ! ADAMA GAYE