La COSYDEP interpelle les candidats sur l’éducation par une formation de qualité.



La session nationale d’interpellation citoyenne s’est tenu ce mardi 05 février 2019 à l’hôtel fleur de lys des almadies.Cette rencontre a permis aux différents autorités présents et représentants des candidats à la présidentielle de tenir des propositions sur le secteur de la formation et de l’éducation.
C’est dans le cadre de son adoption pour une nouvelle lettre de politique générale pour le secteur de l’éducation et de la formation déclinée en programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence du secteur de l’éducation et de la formation que la session nationale d’interpellation citoyenne s’est tenu ce matin en présence des membres de la COSYDEP et des candidats à la présidentielle. Ce séminaire articulé autour du thème « quels engagements de financements pour une éducation par une formation de qualité inclusive et accessible à tous » a permis aux coalitions présents de revenir sur leur programme à travers certaines propositions.
Pour le représentant dela coalition Benno BOKK YAKAAR, il s’agira de renforcer la démocratie dans le processus des enfants hors système pour une éducation exclusive des avancées dans les conditions inclusives, d’apporter des solutions pour la formation des personnes hors système, reconnaitre les manquements dans les projets. La coalition Madické 2019,représenté par Ibrahima DIASSE promet d’assurer un climat de serennité,renforcer les capacités en faisant « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut »,instaurer un programme « diam ak xéweul »,intégrer les daaras dans le système éducatif national et allouer d’énormes ressources financières pour les dettes dus aux enseignants et le volet intégration des filles.Abdourahmane DIOUF, porte-parole de Idy 2019 évoque dans leur programme « un projet Sénégal gagnant » dans lequel il est envisagé de prendre en charge le cursus de l’enfant, travailler avec les ONG, syndicats et avec toutes les formations d’association qui œuvre pour l’éducation, création d’un conseil supérieur de l’éducation, assainir la paix sociale et l’universalité. Le représentant du leader de pasteef parle de privilégier un certain nombre d’institutions, de procéder par une alphabétisation universelle qui est un défis majeur et qui permettra la participation démocratique, inciter à participer au gouvernement scolaire et faire en sorte d’avoir des modèles de réussite. Dans le programme PUR CENT du candidat Issa SALL, son représentant Mbacké GUEYE fait une précision de leur vision qui est centré sur l’homme avant d’évoquer leur proposition tels que l’amélioration de la qualité, inclure l’enseignement des daaras traditionnels dans le système éducatif pour enrayer le phénomène des enfants de la rue, maintien des enfants à l’école jusqu’à l’âge de 16 ans, exiger la formation professionnelle de 2 ans et proposer les mesures pertinents en collaboration avec les acteurs concernés.
Cheikh MBOW de la COSYDEP est revenu sur l’intérêt de séance de séminaire « nous avons pensé évidemment qu’il était essentiel qu’en un moment qu’on puisse partager la vision, partager le programme des candidats et recueillir leur engagement pour un système éducatif qui soit performant, un système éducatif aussi qui ne laisse personne en rade ou le droit à l’éducation devient une réalité pour tout le monde. »Sur le financement de l’éducation, Cheikh MBOW pense que le Sénégal est champion en termes de ressources injectés mais met l’accent sur certains préoccupations notamment la distribution de budget, la sensibilité du budget et l’efficience du budget. Par rapport aux attentes, il n’a pas voulu se prononcer sur la synthèse des candidats et parle d’un espace d’échange ou de dialogue avant d’apprécier l’inclusion du secteur de l’éducation dans leur programme.
Dieynaba AGNE

Précédent Politique : les femmes du monde rural derrière le ministre Pape Abdoulaye Seck.
Suivant NIOMBE KAW TEF OU QUAND ON LA BERLUE