La CSA: EXIGE LE RESPECT DES ACCORDS


5
La confédération des syndicats autonomes du Sénégal(CSA) a tenu une conférence de presse ce mercredi 30 janvier 2019 sis à leur siège situé aux parcelles assainies. Une rencontre qui a permis aux syndicalistes de faire le point sur les revendications du monde du travail au pouvoir et aux candidats de la présidentielle de 2019.
La CSA (confédération des syndicats autonomes du Sénégal) était en conférence de presse ce matin dans son siège. Face à la presse, ses syndicalistes ont décliné le but de cette rencontre qui est celui de l’état des revendications des travailleurs au gouvernement du Sénégal et aux candidats de la course présidentielle. Cette conférence de presse qui s’articule autour du thème : « Appel de la CSA en perspective de la présidentielle du 24 février 2019 ! » représente pour la CSA une occasion pour les citoyens et surtout les travailleurs de choisir la personne qui aura en charge la destinée du pays pendant les cinq prochaines années. Selon le secrétaire général de la CSA, Elimane DIOUF, cela permettra aussi d’interpeller les aspirants à la magistrature suprême sur leur programme et les politiques qu’ils comptent mettre en œuvre pour le plein épanouissement du travailleur sénégalais.
Selon Elimane Diouf de la CSA, c’est d’une importance capitale de lancer des négociations inclusives pour la révision du système indemnitaire et de rémunération allant à l’encontre des agents de la fonction publique. A cet effet il dit : « il s’avère indispensable de corriger les injustices et iniquités dans le traitement salarial et indemnitaire des agents pour la motivation et la productivité. »Dans la même dynamique, il poursuit : « La CSA n’acceptera plus la mise à l’écart des confédérations, à une quelconque étape du processus de ces négociations. »Ainsi le secrétaire général renseigne qu’il importe de reprendre les négociations sur l’augmentation généralisé des salaires des travailleurs dans le secteur privé.
En ce qui concerne les revendications sectorielles, il s’agit selon le secrétaire de la CSA,Elimane DIOUF, du domaine de l’éducation dont la principale revendication est le respect des engagements signés par l’état tels que les lenteurs administratives, du domaine du nettoiement qui connait une lenteur sur l’application de la convention collective du nettoiement « la CSA constate avec regret que la signature, par le gouvernement, du programme pays de promotion du travail décent-PPTD tarde à se matérialiser »,de la convention du gardiennage qui ne devra souffrir d’aucun retard dans sa mise en œuvre correcte « C’est le moment également pour la CSA d’exiger l’ouverture de négociations sur un accord d’établissement à la compagnie sucrière sénégalaise afin de garantir des conditions de rémunérations décentes. »
Dans le domaine des collectivités locales, la CSA recommande l’effectivité de la fonction publique locale, la prise en charge sanitaire pour tous les agents et la redistribution de la contribution économique, dans le sous-secteur de l’hydraulique urbaine,Elimane DIOUF cite l’insuffisance de la transparence et le respect du protocole signé le 1er mai 2018 avec le ministre de l’hydraulique notamment la préservation des acquis sociaux, dans le domaine de la culture, la CSA interpelle les candidats sur le statut de l’artiste et réclame la transparence sur la gestion des fonds destinés à appuyer quelques secteurs artistiques, dans le secteur de la géologie et des mines, la CSA exige l’ouverture sans délai des négociations avec le SDTS section mines sur le mémorandum déposé depuis le 15 octobre 2018 et dans le secteur de la pêche ,l’ouverture de négociations sur leurs conditions de travail et de rémunération et l’application des conclusions sur les assises de la filière boulangère dans les organisations consuméristes.
Dieynaba AGNE

Précédent Ensemblée natioale:l'équité et l''égalité au premier au plan dans les sociétés.
Suivant La hausse du prix du pain dans les prochains jour.