La POSE ne veut pas se laisser faire


La POSE prend de nouvelles initiatives
Les membres de la plateforme de sécurisation des élections ont tenu une conférence des leaders suivis d’un point de presse ce jeudi 03 janvier 2019 au City Business. Plusieurs points ont été abordés par l’initiateur de ce projet.
A la suite des résultats du décompte des parrainages par le conseil constitutionnel, la POSE a décidé de convoquer une conférence suivie d’un point de presse. Me Mame Adama GUEYE, l’initiateur de cette plateforme est revenu sur plusieurs axes qui constituent l’objet de cette rencontre. D’abord c’est par l’affaire Khalifa SALL qui fait l’objet d’une actualité récente qu’il a ouvert sa déclaration. Le maire de Dakar Khalifa SALL maintenu en prison ne surprend pas l’avocat Me Mame Adama GUEYE et compagnons « nous ne pouvons pas dire que nous sommes surpris, nous ne sommes absolument pas surpris. »dit-il. Pour lui, cette décision rendue par la cour suprême comme pour celui de Karim WADE fait parti des actes préparatoires du holdup up électoral avant d’ajouter que la justice vient d’être instrumentalisé au service d’ambition politique.
En revenant sur la question du parrainage, Me Mame Adama GUEYE affirme au nom des leaders de la POSE que sur le plan juridique, le conseil constitutionnel est dans l’impossibilité absolue d’exercer son contrôle juridictionnel. A ce sujet, il dénonce « il n’est inconcevable que le conseil constitutionnel prennent des décisions quasiment définitifs concernant la sélection des candidats sur la base de procédure résultant d’un traitement automatique. »Dans ses propos il rappelle que c’est le contrôle juridictionnel qui est exigé du conseil constitutionnel et non d’exercer un contrôle de conformité d’enregistrement. Pour ce dernier la conséquence reste que cette question du parrainage ne peut pas être un critère de sélection pour les candidats d’où l’engagement de la POSE à réfuter ce parrainage comme critère de choix.
Sur les autres points Me Mame Adama GUEYE soutient aussi que les éléments du holdup up se situent ailleurs en attirant l’attention sur le fichier électoral. Selon son point de vue c’est la question centrale et dénonce l’inaccessibilité de ce fichier à tous les candidats à la candidature. Ainsi la POSE compte redynamiser cette bataille pour les élections d’après l’avocat Me Mame Adama GUEYE. La liste des éléments du holdup up n’est pas exhaustive pour l’avocat qui cite notamment aussi un autre point qui constitue les cartes électeurs « Quel est l’outil permettant d’identifier, de localiser les cartes électeurs ? »Une question que s’est bien voulu poser l’initiateur du pôle de sécurisation des élections en interpelant le ministre de l’intérieur dans son discours. L’autre élément de holdup up qu’il a tenu à souligner demeure la carte électorale qui pour lui contiennent des bouleversements et qui va concerner pas moins de 600.000 électeurs au minimum dans les zones supposés défavorables aux candidats sortants. C’est dans cette perspective avec l’accord des parties prenantes qu’un dispositif sera mis en place pour exercer le droit.
C’est en concluant qu’il annonce qu’une nouvelle application en ligne « sama carte.org » est en cour afin de permettre aux sénégalais inscrits, qui ont leur récépissé et qui n’ont pas reçu leur carte de se faire enregistrer.

Previous Cour suprême:"khalifa Sall ne sera pas candidat"
Next Célébration de la Ziarra de Thierno Mountaga Daha Tall à Louga 12 et 13 janvier 2019