La SODAV honore les Artistes plasticiens



La société Sénégalaise du droit d’auteur et droits voisin a communiqué ce mardi 22 octobre 2019 sur le paiement des droits arts visuels ADAGP et SODAV.Dans leur communiqué la SODAV a tenu à informer de la première répartition des droits des auteurs des œuvres d’arts visuels.


Pour lever toute équivoque suite à certains articles de presse et certaines réactions précédé de la visite du ministre de la culture et de la communication dans leurs locaux, le conseil d’administration et la direction gérante de la société Sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins ont senti la nécessité d’apporter quelques clarifications sur les chiffres de gestion cet après-midi. D’après le bilan certifié de la SODAV de l’année 2018 déposé au ministère de la culture, à la présidence de la république, distribué à la presse et aux ayants droit lors de sa dernière assemblée genérale,cela renseigne d’un taux de progression de 47,88% des perceptions par rapport à l’année 2017 et de 41,18% des répartitions par rapport à l’année 2017,également une diminution de 12,64% de frais de gestion par rapport à l’année 2017.En outre la SODAV sur les prévisions de l’exercice en cours (2019) se portent plus reluisantes et révèlent leur dynamique de performance.
Le directeur général gérant de la SODAV Aly BATHILY dans la foulée affirme qu’il s’agit d’une cérémonie d’une importance capitale « parce que c’est quand même l’aboutissement d’un processus de plusieurs décennies c’est-à-dire qui a démarré avec le BSDA et que le bon dieu nous a gratifié de parachever aujourd’hui » dit –il. Selon son point de vue, c’est important du fait que les sociétés de gestion collectives surtout en Afrique étaient taxées comme des sociétés musicales alors que tout révèle le contraire, bref des sociétés pluridisciplinaires comme le pense ce dernier. Et pour l’illustrer, Aly Bathily parle de la gestion de plusieurs repertoires,de la littérature, de l’audiovisuel, des arts visuels et autres catégories prévues par la loi 2008-09 à travers l’article6.Sous un autre angle, il souligne que la SODAV n’en s’arrête pas là et pour ne citer que la première répartition sur les arts visuels couplant cela à des droits provenant même de la France « la SODAV en faisant sa première répartition a encore montré sa voie à ses consœurs et confrères africains. » Pour lui c’est un nouveau jour qui s’ouvre pour eux et de nouveaux espoirs qui se posent à eux.
Sur le plan d’une éventuelle répartition pour les autres catégories, il rappelle que la mission était de concrétiser, de rendre effectif tous les droits reconnus par la loi 2008 même si ce n’est pas aisé pour lui en précisant aussi le manque de détermination chez les personnes qui sont assujettis au droit et que l’exemple des arts visuels qui ont patienté plus de 40 ans peuvent donner espoirs aux autres catégories. Il poursuit : « tous ceux qui sont prévus aussi bien du droit voisin que du droit d’auteur pourront un jour jouir de leurs droits. »Concernant le montant distribué, il estime une somme de plus de 20 millions (pour la France un peu plus de 28 000 euros) et pour la SODAV (plus de 18 millions FCFA).

Previous Passation de service à la direction de la SICAP SA: Les travailleurs regrettent le départ de Ibrahima Sall
Next AFAO:RÉSILIENCE DES FEMMES FACE AU ALÉAS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE