L’ANSD tire son bilan sur l’indice des prix harmonisées à la consommation (IHPC)



L’Agence Nationale de la Statistique et de la démographie(ANSD) a lancé sa rénovation par un atelier de dissémination de l’IHPC (l’Indice Harmonisé des Prix à la Consommation) base 100 en 2014 ce mercredi 29 janvier 2020.


C’est en présence de beaucoup de participants que le directeur de l’ANSD est revenu sur cet indice aux multiples utilisations.
C’est par un mot de bienvenu du directeur de l’ANSD, M. Babacar NDIR que l’atelier portant sur l’indice harmonisé des prix à la consommation a été ouvert ce matin.
En guise d’introduction, l’indice des prix à la consommation est une statistique aux multiples utilisations.IL sert à la fois d’instruments de mesure de l’inflation dans l’économie, d’indexation de revenus à l’évolution du niveau des prix et de déflateur de certains agrégats macroéconomiques. Pour rappel depuis 1998, l’ensemble des pays de l’UEMOA ainsi que la commission calculent et publient mensuellement un indice des prix à la consommation. En 2010, l’IHPC base 2008 est entré en vigueur après la mise en œuvre du projet de rénovation. Sur cette base, les activités de rénovation de l’indice ont porté sur trois volets que sont : le volet enquête auprès des ménages, le volet prix et le volet informatique. Fort du constat de l’évolution de la structure des dépenses de consommation des ménages entre 2008 et 2014, s’y ajoute la régression de toutes les pondérations des dépenses des fonctions hormis celles des produits alimentaires et boissons non alcoolisées(+51,1%) et des boissons alcoolisées, tabacs et stupéfiants(+18,7%).Autrement dit, les ménages à Dakar jouissent d’un niveau de dépenses en moyenne plus élevé que le niveau de celles de la moyenne nationale. L’ alimentation pèse ainsi moins lourde dans le budget des ménages dakarois, lit-on dans l’IPC 2008.

Le directeur de l’ANSD, M. Babacar NDIR dans sa vision parle d’un indice calculé par l’ensemble des états de l’UEMOA sur les mêmes bases technologiques « c’est un indice qui permet donc entre 2 périodes de calculer l’évolution des prix dans l’ensemble du territoire national et ainsi de déterminer leur évolution de manière générale. » renseigne-t-il. En outre, ce dernier ajoute que l’utilité de cette rencontre est de discuter avec les utilisateurs de son existence de ses avantages par rapport aux anciens indices et marquer sa mise en service. Par rapport aux enjeux, il précise qu’en matière d’indice qu’il y a des formules de base du fait que cela implique la sécurité de l’économie d’où des règles de calcul. A cet effet il signale des progrès portant principalement sur la couverture, les ajustements ou les changements de qualité et d’autres parts la liste des produits a été ouverte pour que le panier ménager puisse contenir le maximum de produits. Il affirme « il faut des règles permettant à chaque fois de dire comment on actualise cette notion. »En ce qui concerne le besoin d’harmonisation au niveau sous régional, le directeur évoque l’inflation comme critère principal de convergence parmi 5 autres ,un indicateur permettant de juger le degré des économies. Il en appelle à un besoin d’un indice obéissant aux normes de comparabilité internationale.

Previous L'AFD et l'Etat du Sénégal pour un partenariat du développement durable
Next USEQ: en conclave à Thiés sur "l'unité syndicale dans le secteur de l'éducation "