Le diabète, une maladie qui mérite une sensibilisation


L’association en soutien aux diabétiques a tenu une conférence ce mardi 12 novembre 2018 au centre mark sanglé à l’hôpital Abasse Ndao de Dakar. L’objectif de cette rencontre s’agit de l’état du diabète qui mérite d’être discuté pour une campagne de sensibilisation.

 

C’est dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du diabète que l’association en soutien aux diabétiques à juger utile de parler de la maladie du diabète pour une bonne campagne de sensibilisation aux populations sénégalaises. Une rencontre avec la presse à permis de mieux comprendre l’état du diabète qui constitue l’objet de ce point de presse.

Le président de l’association en soutien aux diabétiques et modérateur de ce point de presse  Mbaye Oumar GUEYE   dit « le diabète, c’est tout une histoire mais le diabète c’est aussi un départ, le diabète, c’est aussi des enjeux mais aussi le diabète c’est une question de famille. »

Pour le président de l’association la question de cette réunion qui les anime aujourd’hui c’est la question du rôle et de la place de la famille dans le cadre de la lutte contre le diabète d’où le thème : « diabète et famille ».Le professeur Seydou Nourou DIOP dans sa prise en parole pense qu’il est de la responsabilité de la famille et du patient de lutter contre cette maladie. Quant au professeur Maimouna NDOUR FAYE, directrice du centre mark sanglé est revenu sur le pourquoi de ce thème « le diabète est une histoire de famille, les familles sont concernés par le diabète autant dans la prévention que dans l’accompagnement des patients qui sont diabétiques.

Cette journée mondiale du diabète est l’occasion d’unir les forces autant des patients diabétiques que de leur famille, des professionnels de la santé, des médias pour sensibiliser sur l’importance de cette maladie, sur la prévention parce que le diabète peut être lutté par l’adoption d’un objectif sain et également  mesures qu’il faut prendre pour éviter que les patients ou sujets qui sont déjà atteints nous développe des maladies. »

Madame Blondin DIOP, représentant du programme M diabète a d’abord remercié ce qui ont créer le centre mark sanglé avant de dire qu’ils ont souhaité porter leur attention sur le diabète à travers les canaux de communication tels que les télécommunications, les réseaux sociaux en accompagnement avec les médecins pour mener à bien le travail d’où ce nom M diabète.

Le président  Mbaye Oumar GUEYE dans ses propos a également souligné qu’une maison de diabète qui se trouve à Rufisque sera inauguré le 14 novembre «ce n’est pas une maison de prise en charge médicale, c’est tout simplement une maison d’éducation d’une sensibilisation du dialogue » avant que Mme NDOYE, un des membres de l’initiateur de cette rajoute : «on a initié à construire une maison du diabétique, là où les diabétiques se retrouvent pour partager leur expérience.

Pour lutter contre le stress, on a créé un centre, là où on se regroupe, on cause, on partage. »S’agissant du taux de prévalence, le professeur Maimouna NDOUR  FAYE renseigne que depuis des années, elle était juste estimé à partir du taux de fréquentation du centre national de référence « ce taux de fréquentation augmentait chaque année, de plus en plus, on est passé environ de moins 100 nouveaux cas par an à l’ouverture du centre à plus de 2000 nouveaux cas chaque année ses dernières années et ceci en l’absence de dépistage systématique, puis nous avons fait des études hospitalières et des enquête partielles qui permettaient d’estimé le taux de prévalence environ à 2% en zone urbaine et 1% en zone rurale. »Elle ajoute « C’est seulement en 2015 que le Sénégal a mené une enquête de prévalence à échelle national pour effectivement connaitre le taux réel et cette enquête qui a été mené a révélé un taux de3, 4%. »

Précédent INGÉNIERIE: L’Union des Jeunes Ingénieurs du Sénégal veut apporter sa contribution à la croissance économique
Suivant MEURTRE DE MÉDINATOUL SALAM: Les droits de l'Hommistes exigent la comparution de Cheikh Bétion et Cie