Le FESMUCAP AU CŒUR DE LA CAPITALE SÉNÉGALAISE


Le comité d’organisation du (FESMUCAP) Festival International de la musique capverdienne a tenu un point de presse ce mardi 15 octobre 2019.Ceci en perspective de cette manifestation dont la première édition se tiendra à Dakar en novembre prochain.


En prélude du festival international de la musique capvert-dienne (Fesmucap), le comité d’organisation a organisé un point de presse ce matin. Selon les acteurs, cette grande manifestation culturelle va accueillir la participation d’une trentaine d’artistes cap-verdiens, bissau-guinéens et sénégalais mais aussi de la diaspora pour renforcer les liens et promouvoir la jeunesse sénégalaise. Un festival qui se tiendra en une semaine (à partir du 02 novembre) d’une envergure internationale selon le responsable de la communication. Le promoteur Isidore LOPEZ dans son discours a tenu à rappeler l’historique et son vœux d’organiser ce festival en ses termes « c’est un festival qui m’a toujours tenu à cœur, un festival qui s’est tenu dans les années 90-2000 » dit-il. En outre, il précise que les caps verdiens ont toujours amené leur culture avec des générations en rajoutant : « j’espère que ce festival va beaucoup plus permettre au cap vert à s’intégrer dans la CEDEAO. »déclare-t-il. En terme de spectacle, il n’en disconvient pas pour ce dernier de souligner que la culture cap-verdienne sera mise en avant(danse,stand,culture culinaire avec des spécialités et de la tradition mise en avant, cabolove etc…).S’agissant du budget qui convient pour l’organisation de ce festival, le promoteur précise que cela a abouti grâce aux cotisations réunies par des personnes accompagnés par de nombreux sponsors « ce festival, c’est un partage, c’est quelque chose financé par beaucoup de personnes, des gens qui ont quitté Dakar depuis. On s’est cotisé pour pouvoir réaliser cet évènement » renchérit-il. Interpellé sur la musique cap-verdienne qui a perdu son terrain, l’organisateur souligne la disparition des vecteurs de vulgarisation à l’image de Nathal qui avait apporté le concept. de colladéra en plus de rajouter le manque de communication qui pousse les artistes à aller à la découverte d’autres marchés.20 ans après pour rebondir, une tache pas facile pour les organisateurs qui appellent aux autorités pour une facilitation dans leur initiative.