Le ministre de l’agriculture devant la barre du (HCCT) Haut Conseil des Collectivités territoriales.


Le HCCT auditionne le secteur agricole
Le ministre de l’agriculture et de l’équipement Pape Abdoulaye SECK décline son bilan

Le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural Pape Abdoulaye SECK a été auditionné ce jeudi 24 janvier 2019 sous la présence du président du haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) à la maison de la presse. Cette audition s’inscrit dans le cadre du programme de la première session ordinaire de cette institution.
C’est en présence du président du haut conseil des collectivités territoriales Ousmane tanor DIENG et de nombreux autorités que le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural a été auditionné. Le ministre Pape Abdoulaye SECK est revenu sur beaucoup d’aspect qui relève de l’agriculture au Sénégal. Le président du HCCT Ousmane Tanor Dieng a tenu à remercier le ministre Pape Abdoulaye seck pour sa disponibilité de venir échanger avec eux sur le secteur de l’agriculture dont il a en charge. Selon Ousmane tanor Dieng c’est un exposé complet que le Dr Pape Abdoulaye SECK a fait .Par la même occasion aussi il témoigne aussi de l’importance contribution que le député Aliou DIA a rajouté.
Sur la question du bilan de l’agriculture, le ministre de l’agriculture et de l’équipement Pape Abdoulaye SECK affirme que : « la mise en œuvre de cette vision stratégique de son excellence M. Macky SALL, président de la république a fait subir à notre agriculture une véritable métamorphose et cette agriculture aujourd’hui est dans une dynamique de progrès durable et continu. »Dans ses il confirme du succès de l’année de l’année 2018 que le Sénégal a battu en record. Sur ce sujet il explique « l’année 2018 a été une année excellente à tout point de vue simplement parce que notre pays a battu des records en ce qui concerne la production de riz, en ce qui concerne la production d’oignon, de manioc, de sésame, de pastèque, de maïs et en plus de cela on a exporté beaucoup plus qu’avant. » Dans le cadre de sa mutation, ce dernier renseigne que sur le plan de l’agriculture sénégalaise ceci découle d’une image de l’agriculture qui se diversifie grâce à une forte progression des filières, sur des records battus en matière de production, sur l’amélioration de sa qualité organométrique,sanitaire et phytosanitaire et qui constituent des conditions préalables pour intégrer les marchés internationaux.
En ce qui concerne la commercialisation de l’arachide il révèle qu’ils ont précisé les dispositions qui ont été prises par le gouvernement du Sénégal. Sur ce point il confirme de par ses paroles « il est important de dire et de souligner que conformément au calcul qui a été fait par le cnia qui est un organe tout à fait autonome, le prix aux producteurs devaient être cette année de 145Fr le kilos. »C’est dans cette logique que le ministre a réaffirmé du rôle qu’à jouer le président de la république qui étant soucieux de sécurisation des revenus de l’arachide de son maintien à 210fr.Ainsi il révèle d’une signature d’un protocole avec l’ensemble des huiliers pour la compensation en parti des pertes subis par les huileries compte tenu du prix qui selon lui n’est pas un prix économique mais un prix social. Il poursuit en éclairant sur la suppression des taxes à l’exportation, des dispositions prise sur les dettes dus aux OPS (15,5 milliards) débloqué au mois de décembre et (20 milliards) au mois de janvier soit 35,6 milliard en plus de la subvention de 75.000 tonnes de semences(60.000 tonnes de semences certifiés et 15.000 tonnes de semences écrémés.)

Previous GIABA: PLUS QUE JAMAIS DE LUTTER CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX.
Next L'unacois yeessal appelle au calme.