L’efficacité énergétique ,un facteur de compétitivité pour les experts



L’atelier de renforcement de capacités des responsables énergies membres de l’union des prestataires des industriels et des commerçants(UPIC) a eu ce mardi 30 juillet 2019 en compagnie de plusieurs acteurs. Les experts ont beaucoup discuté sur les enjeux de l’efficacité énergétique et pratiques du diagnostic énergétique.
Participants et experts se sont réunis ce matin pour discuter autour d’un thème central que sont les enjeux de l’efficacité énergétique et pratiques du diagnostic énergétique. C’est à travers un atelier de renforcement de capacités des responsables énergie membres de l’union des prestataires des industriels et des commerçants (UPIC) du Sénégal qu’ils ont échangé autour de la question. Le président de la cellule environnement de l’union des prestataires d’industriels et des commerçants du Sénégal affilié à la confédération du CNP Daouda DIOUF affirme que cela fait plutôt allusion à un atelier de mise à niveau des cadres, des responsables qui ont en charge l’énergie dans les industries et entreprises qui sont membres de l’union des prestataires industriels et commerçants du Sénégal. Selon lui, l’UPIC a beaucoup travaillé avec l’aide de l’atelier de Mme la directrice de l’institut francophone du développement durable et par de là cela a permis d’avoir une convention relationnelle en partenariat avec l’IFD qui leur a envoyé des experts. A ce sujet, il évoque : « nous sommes la seule convention d’entreprise de l’Afrique de l’Ouest qui a été sorti lister par la francophonie pour travailler sur des questions énergétiques. » Et pour les perspectives, il affirme le souhait d’un projet pilote qui sera diffusé au maximum au niveau des entreprises de l’UPIC.
L’expert Alexis Majouir en parlant de la disponibilité de l’énergie aux non bénéficiaires cite la production, l’exploitation des énergies renouvelables en faisant un diagnostic sur le terrain, essayer de voir la réduction de la consommation énergétique en termes de technologie plus propre, plus efficace et plus efficiente.S’agissant du refus des entreprises, il déclare qu’ils ne sont pas informés des moyens de réduire la consommation. Concernant l’apport de compétitivité, il dit « ce qui est sur si on réduit la consommation d’énergie, on réduit aussi les finances dont l’appareil. L’entreprise devient plus compétitive sur le terrain, plus viable d’ici 2025. »Dit-il.
Dieynaba AGNE

Précédent Célébration des 25 années de UEMOA L'institut financière de l'Afrique dévoile ses ambitions
Suivant Affaire des deux employés de la pharmacie Guignon virés, le poole avocat demande l'extradition de Bertrand Guigon hors du pays.